RENCONTRE ENTRE LE PRESIDENT ET L'ALLIANCE SOPI POUR TOUJOURS: Wade « arme » la majorité présidentielle

Publié le par farbasy

wade[1]Suite à sa rencontre hier au palais avec le président de la République, l'Alliance Sopi pour toujours promet de mobiliser à l'avenir si le pouvoir est à nouveau menacé. Le chef de l'Etat a condamné, quand à lui les actes de vandalismes perpétrés jeudi dernier par certains manifestants.

 

« Compte tenu de ce qui s'est passé, la mouvance présidentielle a décidé de ne plus  laisser le terrain à qui que ce soit. S'il faudra mobiliser, l'Ast le fera. La République ne permettra plus les dérives qu'elle a connu le 23 juin ». Telle est décision issue hier de la rencontre entre le président Wade et les leaders de l'Alliance Sopi pour toujours. Comme lors de la rencontre de samedi dernier avec les membres du comité directeur du Pds, Abdoulaye Wade demande à ses souteneurs d'être plus combatifs à l'avenir. En effet, l'Alliance Sopi pour toujours était au abonnés absents jeudi dernier devant l'Assemblée nationale lorsque opposition, société civile et mouvements citoyens conspuaient le projet de loi sur le ticket présidentiel.

Après avoir exprimé son engagement à être derrière le président Wade jusqu'à sa réélection dès le 1er tour en 2012, l'Ast a attiré l'attention de l'opinion nationale et internationale à propos « des appels subversifs tendant à utiliser des groupuscules pour les faire passer pour le peuple afin de demander le départ de Me Wade ». Sans le nommer, l'Alliance Sopi pour toujours attaque le nouveau mouvement du 23 juin qui exige l'invalidation pure et simple de la candidature de Wade en 2012.

Lors de son analyse de la situation, le chef de l'Etat a fait savoir que Le 23 juin, « il y avait des militants de Bennoo, du mouvement « Y en a marre » et des groupes qui se sont greffés à eux pour brûler des maisons et faire des casses ». Des dérive que, de l'avis du président de la République, « tout citoyen doit condamner ». Toujours selon Me Wade, le projet de loi a été retiré suite aux appels de sa majorité, des chefs religieux et des sympathisants qui l'appelaient de partout. Réagissant à cet exposé, l'Ast a félicité le président de la République qui selon elle « a agit en démocrate et en bon chef ».

 

Farba Alassane SY

 

 

 

FOIRES D'EMPOIGNES LORS DE L'AUDIENCE AVEC WADE

 

L'Ast étale encore ses vieux démons

 

En dépit de la gravité de la situation post 23 juin, l'Alliance sopi pour toujours s'illustre encore par les dissensions qui la mine. En effet, lors de la rencontre d'hier, la décision du président Wade de donner la parole à Iba Der Thiam pour qu'il analyse la situation du 23 juin n'a pas été du goût de certains comme Aliou Dia, actuel coordonnateur dudit mouvement. Tout est parti, d'une suggestion de Mamadou Diop Decroix de designer Iba der Thiam pour cette tâche.  Une proposition finalement retenue par Wade. Mais c'était sans compter sur l'opposition d'Aliou Dia et de Mbaye Diack selon qui « il appartient au président de l'Ast, qui connait les tenants et les aboutissements du projet de loi sur le ticket présidentiel, de faire l'analyse de la situation ». Réaction suivie par 20 minutes de cafouillages dans la salle des banquets de la présidence de la République avant que le président Wade ne sonne la fin de récréation en acceptant d'analyser la situation.

De même, selon nos sources, les membres de l'Ast ont fustigé le comportement de certains leaders de la mouvance qui ont menacé de démissionner en n'hésitant pas à s'approcher de l'opposition au moment où le président de la République avait le plus besoin d'eux. Etaient visés, Djibo Kâ de l'Urd et Mamadou Diop Decroix de Aj qui ont eu à montrer leur opposition face à cette décision présidentielle. A ajouter que Me Mbaye Jacques Diop était absent de la rencontre. Pour rappel, le domicile de cet homme politique, à qui on prête l'intention de vouloir diriger l'Ast, a fait jeudi dernier l'objet de vandalisme.

 

Farba A. SY

Commenter cet article