Les chantiers ouverts par Abou Lô au ministère de la Communication

Publié le par farbasy

En l'espace de sept mois plusieurs chantiers ont été ouverts dans le secteur de la Communications, des Télécommunications/TIC et des Postes par Abou Lô. Son successeur Cheikh Bamba Dieye devra terminer ces chantiers.  Enumération des actes posés par Abou Lô

 

Sous-secteur de la Communication

Dans le sous-secteur de la Communication, le Ministre Abou Lô a posé les actes suivants :

1-   Engagement ferme à faire adopter le projet de Code de la Presse par la XIIème législature de l’Assemblée nationale

A ce titre, le Ministre de la Communication, des Télécommunications et des TIC a reçu en audience les membres du Comité scientifique du projet de code la presse et les  différents acteurs de la presse (Syndicats et Patronat). Le directeur de la Communication a entamé des discussions avec les membres du comité scientifique sur un agenda de travail qui devrait permettre d’avoir un document consensuel. Des rencontres avec les parlementaires sont aussi prévues.

2-   Engagement ferme à respecter du mode de distribution de l’aide à la presse selon les critères définis par le Code de la Presse

3-   Mise en place d’une commission pour la répartition de l’aide à la presse selon les critères définis par le Code de la Presse.

Cette commission sera pilotée par le Ministère de la Communication, des Télécommunications et des TIC. Elle sera composée de représentants des structures suivantes : Primature, Ministère de l’Intérieur, Ministère des Finances, Ministère de la Justice, CORED, CDEPS, SYNPICS, Association des Radios Communautaires du Sénégal (ARCS)

4-   Renforcement du financement de l’audiovisuel public par le versement de la compensation financière au titre du service public par le ministère des Finances.

5-   Finalisation de la maison de la presse

Le financement de la maison de la presse a été bouclé avec la mise à la disposition du ministère de l’Habitat du montant de 2.000.000.000 F CFA (Deux milliards de francs) par arrêté n° 00714 du 27 mars 2012. Des travaux supplémentaires sont cependant prévus ; il s’agit entre autres de travaux résultants des recommandations de l’architecte d’une part et de l’Agence de l’Informatique de l’Etat (ADIE) d’autre part ainsi que des aménagements extérieurs. Ainsi, sur instruction du Ministre de l’Economie et des Finances, une enveloppe de 800.000.000 FCFA est prévue pour prendre en compte lesdits travaux pour la gestion 2013.

6-   Passage de l’analogie au numérique

Compte tenu des enjeux importants de ce chantier, un Comité National pour la transition de l’analogique au Numérique a été mis en place par arrêté du Premier Ministre n° 07593 du 26 aout 2010.

Après plus de douze (12) mois de travail, le CNN a préparé un rapport sur la situation du processus ainsi que la stratégie nationale à mettre en œuvre pour réussir le basculement en 2015. Ce rapport sera soumis aux autorités compétentes pour validation.

Pour la réalisation de la plateforme technique du passage au numérique, le ministère a engagé des discussions avec des partenaires chinois. Des séances de travail ont été tenus aussi bien au Sénégal qu’en Chine et ont abouti à un projet de protocole d’accord.

 

7-   Création de Cyberpresses dans les régions

 

Le ministre Abou Lô avait l’ambition de poursuivre le programme d’installation de Cyberpresse dans chaque capitale régionale. L’objectif étant d’améliorer les conditions de travail des journalistes travaillant dans les régions administratives. Ces cyberpresse constituent un espace de rencontres et d’échanges et contribuent à l’amélioration des conditions de traitement de l’information. Plus précisément, il est prévu de :

-Recenser et recentrer les besoins matériels de chaque région (y compris les nouvelles) et doter en conséquence les cyberpresses régionaux d’équipements modernes.

-Ouvrir un compte uniquement alimenté pour le paiement des charges fixes des cyberpresses (location, ADSL, électricité, eau, téléphone, entretien et gardiennage)

 

8-   Elaboration d’un Code de la Publicité (Etape de projet)

 

9-   Mise sur pied d’un Observatoire des sondages d’opinions (Etape de projet)

 

10-              Mise sur pied d’une Commission de diffusion de la presse (Etape de projet)

 

Sous-secteur des Télécommunications et TIC

1-   Abrogation du décret sur les appels entrants

Quelques jours seulement après sa nomination, le Ministre Abou Lô a participé activement aux négociations entre l’Etat et les opérateurs de télécommunications pour l’abrogation du décret 2011-1271 relatif à la taxe des appels internationaux entrant au Sénégal. A ce titre, le Ministre de la Communication, des Télécommunication et des TIC a organisé un point de presse le 15 mai, jour de l’entrée en vigueur de l’abrogation du décret afin de faire connaitre à l’opinion publique les efforts consentis par l’Etat pour l’annulation de cette mesure vivement contestée.

    2- Finalisation, en collaboration avec l’ARTP et les opérateurs de télécommunications, de la contribution du Sénégal dans le Règlement des Télécommunications internationales (RTI) en vue de la participation à  l’Assemblée Mondiale de Normalisation des Télécommunications (AMNT-12) du 19 au 29 Novembre 2012 et à la Conférence Mondiale des Télécommunications (CMTI – 12)  03 au 14 décembre 2012 aux Emirats Arabes Unis (Dubaï).

3- Elaboration d'une nouvelle stratégie nationale de développement de l'économie numérique.

A ce titre, le Ministre a reçu, du 21 mai au 1er juin, une mission de la Banque Mondiale, qui a saisi cette opportunité pour renouer le dialogue avec le Gouvernement du Sénégal dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication. Cette mission avait deux objectifs :

·        Le lancement des activités de formulation de la stratégie nationale de développement de l’économie numérique, en conformité avec les priorités du gouvernement. Le
document final est attendu en Décembre 2012.

·        L’Organisation d’ateliers d’information et de démonstration de cartographie communautaire intégrés à deux projets de la Banque mondiale à savoir le projet de Gestion des Eaux Pluviales (PROGEP) à Guédiawaye et Pikine et le Projet d’appui au retour de la Paix en Casamance.

     4- Le projet de Service universel des télécommunications

L’étude est déjà bouclée, le financement acquis et l’équipement est en place. L’objectif de ce projet est de permettre aux populations rurales d’avoir les mêmes services que les citadins et à moindre coût. La Phase pilote a débuté dans la région de Matam

5-   Elaboration d’une lettre de politique sectorielle

6- Projet de mise sur pied de Points d’Accès publics à Internet (PAPI) avec comme centre de gravité des Cybercases dans les zones rurales.

7-   Organisation de la première édition de la Journée des Filles dans les TIC (le 26 avril 2012 à l’hôtel King Fadh Palace) 

Le Ministère a eu à représenter le Gouvernement du Sénégal dans plusieurs rencontres internationales, dont les plus marquantes sont :

·        Le Conseil de l’Union africaine des Télécommunications tenu du 14 au 15 de mai à Abidjan en Côte d’Ivoire ;

·        Le Forum sur la régulation des Télécommunications/TIC et le partenariat en Afrique et un atelier sur le service universel des Télécommunications organisée par l’Union Internationale des Télécommunication (UIT) du 18 au 22 juin 2012 à Libreville au Gabon ;

·        Le Conseil de l’Union Internationale des Télécommunications qui s’est tenu du 04 au 13 juillet à Genève en Suisse.

·        Le Sommet Sino africain pour la coopération des médias du 22 et 26 août 2012 à Beijing (Pekin)

·        La Conférence de l’Union africaine des ministres en charge des Communications et des Technologies de l’information du 2 au 6 septembre à Khartoum (Soudan)

·        Le Salon ITU Telecom World à Dubai du 14 au 18 octobre 2012 (Emirats arabes unis)

Déménagement du ministère

1-   Déménagement des locaux du ministère du Bd de la République à la rue Béranger Ferraud X Amadou Assane Ndoye.

Cet acte est une réponse à une vieille doléance du personnel du Ministère de la Communication, des Télécommunications et des TIC. Le bâtiment se trouvant au Bd de la République est dans un état de délabrement avancé. Il a été classé « bâtiment à risque » par la protection civile depuis 1998.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article