Dommage, Compaoré plus influent et puissant que Wade

Publié le par farbasy

La Sénégal, connu comme étant un géant diplomatique au niveau africain,  est depuis quelques temps surclassé par le Burkina Faso. Malgré l'activisme débordant de l'actuel président sénégalais, « le pays des hommes intègres » a ravi la vedette au Sénégal. Le dernier classement du magazine panafricain Jeune Afrique des 50 personnalités africaines prouve à suffisance cette perte de vitesse de la diplomatie sénégalaise. Dans la catégorie des personnalités politiques majeures en Afrique, Abdoulaye Wade est relégué à la 9ème place sur une liste comptant 20 personnalités. Là où Blaise Compaoré est classé à la 5ème place, juste derrière Mouammar khaddafi, Jacob Zuma, Abdelaziz Bouteflika et Mohammed VI. Le maître de Ouagadougou, se paie même le luxe d'être mieux classé que l'Egyptien Hosni Moubarak, facilitateur majeur des négociations israélo-palestiniennes et l'Angolais José Eduardo Dos Santos, le dirigeant de la troisième puissance pétrolière africaine. De l'avis des auteurs de ce classement, « le chef de l’Etat burkinabè, désormais doyen des chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest, est incontournable et son influence déborde largement au-delà de ses frontières ».

Il faut dire que Blaise Compaoré n'a pas usurpé sa place dans ce prestigieux classement. Médiateur au Togo, en Guinée, en Côte d’Ivoire, et dans le Sahel, ce chef d'Etat est devenu incontournable dans la résolution des conflits en Afrique de l'Ouest. Il a ainsi réussi à hisser le Burkina Faso, pays dépourvu de poids économique, au rang de géant diplomatique à l'échelle continentale. Visiblement, Abdoulaye Wade avec sa médiation ratée en Guinée et son rôle controversé dans la libération par l'Iran de la française Clotilde Reiss, ne fait pas le poids face au maître du Burkina.

Toutefois, le président sénégalais peut se targuer d'être plus leader d'opinion que son concurrent du Burkina Faso. En scrutant plus profondément le classement du magazine Jeune Afrique, on remarque que le chef d'Etat sénégalais est accrédité d'une note plus élevée dans ce domaine que son homologue burkinabé. De plus, toujours selon la même source, le Sénégal a un poids économique plus important que le Burkina Faso. A y voir de plus près, les méthodes de Wade en matière de diplomatie dérangent, d'où ce jugement de Jeune Afrique: « Le président sénégalais adore se sentir utile, préférant nettement la publicité à la discrétion sur ses nombreuses initiatives. Il reçoit, conseille et voyage sans compter ». Cet activisme bling bling de Wade est à l'opposée de la discrétion et du pragmatisme de Compaoré, qui de l'avis de la même source est  « craint et respecté par ses pairs ».  Tout de même, ces deux chefs d'Etat pauvres et dépourvus de ressources naturelles partagent leur prétention à vouloir jouer dans la cour des grands du continent africain. Hormis le Burkina, le Sénégal et le Rwanda, le top 10 du classement africains est un club de pays riches tels la Libye, l'Afrique du sud, l'Algérie, le Maroc, l'Egypte et l'Angola.

Chose rassurante, le Sénégal est le pays Ouest africain le mieux représenté dans le classement des 50 personnalités africaines si on tient compte de la totalité des rubriques que sont le business, la société civile et Culture-médias. Ainsi, l'ancien président Abdou Diouf est classé 3ème dans la catégorie société civile, juste derrière le soudanais Mo Ibrahim et l'ancien prix Nobel  Wangari Maathia. En culture et société, les chanteurs Youssou Ndour et Akon caracolent respectivement aux 3ème et 6ème places. Le lead vocal du Super Etoile de Dakar arrive juste derrière l'ancien prix Nobel de la littérature Wole Soyinka et Béchir Ben Yahmed, patron du groupe Jeune Afrique. Selon l'hebdomadaire panafricain basé à Paris, Youssou Ndour « est un homme d’affaires avisé qui pèse sur l’opinion publique. Son engagement humanitaire ne l’en rend que plus populaire ». A propos d'Alioune Badara Thiam dit Akon, nos confrères jugent qu'il « est l’un des plus célèbres chanteurs de R’nB du moment ». De quoi être fier d'être sénégalais malgré la perte de puissance de notre diplomatie au profit du Burkina Faso.

Farba Alassane SY

 

Commenter cet article