Enquête sur la vie du président Wade, la police veut démasquer les "traîtres" du palais

Publié le par farbasy

  Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Lepeuple-sn.com (Dakar)-Suite à la convocation ce vendredi de trois journaliste de l’organe de presse ‘’Le quotidien’’ à la division des investigations criminelles, le Comité de protection et de défense des journalistes est monté au créneau pour dénoncer cet acte. Au cours d’un point de presse dans les locaux de la radio Rfm, Khalil ibrahima Ndiaye porte parole du Cpdj a fustigé l’attitude de la police à l’égard de ses confrères de la presse. En effet, les limiers demandent aux trois journalistes de divulguer l’identité leurs sources ayant permis au journal ‘’Le quotidien’’ de publier jeudi une série d’articles faisant état du coût des vacances du président Wade et son entourage en Suisse et en France. Selon l’article incriminé par les policiers ‘’la délégation des vacanciers a loué dix chambres à l’Hôtel du Palais à Biarritz à Paris, et une suite impériale pour un coût de 41 millions payés pour les cinq premières nuitées. Et le tout 725 millions dépensés depuis ce jeudi entre la Suisse, première étape et la France.’’ Le Comité de protection et de défense des journaliste rappelle que loi de la presse au Sénégal permet aux journalistes de garder au secret leurs sources d’informations. Il appelle dès lors le gouvernement à protéger les journalistes.
Cette conférence de presse qui a fait suite d’une réunion des patrons de presse dans les locaux du groupe ‘’Futur média’’ a été aussi l’occasion pour le Cpdj de condamner vigoureusement les menaces de mort à peine voilées proférées contre Abdoulatif Coulibaly suite à la sortie de son dernier livre ‘’Contes et Mécomptes de l’Anoci’’. Sur un autre registre, Khalil ibrahima Ndiaye a pris acte de la décision par la justice de reconstituer l’affaire Kambel Dieng et Karamokho Thioune afin de tirer au clair les zones d’ombre. Cependant il précise que le commanditaire des saccages des locaux des journaux ‘’L’as’’ et ‘’24h’’ court toujours en toute impunité. Enfin, concernant l’affaire Walfadjiri/Bsda ayant entrainé la fermeture par les forces de l’ordre des programmes de Walf tv et Walf fm, le Cpdj a conseillé à Sidy lamine Niasse de s’acquitter intégralement des droits dus aux artistes.

Farba Alassane SY

Commenter cet article