VOYAGE PRESIDENTIEL A BENGHAZI: Film d’une escapade en zone rebelle

Publié le par farbasy

Wade-20debout-20Cnt-1-.JPGParis, aéroport de Bourget, il est 7h30. L’avion présidentiel « La pointe de Sarène » avec à son bord le chef de l’Etat, son fils Karim Wade, Madické Niang ministre des Affaires étrangères ainsi que des journalistes sénégalais et français décolle pour aller à Benghazi en Libye. Le voyage va durer 3heures 30 minutes, le temps de survoler le sud de la France et la mer méditerrané. Le président Abdoulaye Wade veut visiblement effectuer un grand coup médiatico-diplomatique. Ce qui explique la présence dans l’avion présidentiel de journalistes de grands groupes de presse de l’hexagone comme Paris Match, Canal+ et autres. Ces derniers sont au nombre de 5 et sont encadrés par Marie Luce Straburscky, chargée des relations presse du chef de l’Etat. Du côté des médias sénégalais, Walf/Tv, Rfm, L’Observateur et Kotch sont au rendez-vous pour couvrir l’événement.

Mirages-202-1-.JPG

Après 3 heures de vol, l’avion présidentiel s’approche des côtes libyennes. Le pays est en guerre et Abdoulaye Wade est le premier chef d’Etat à fouler le sol de la zone rebelle. Pour parer à toutes éventualités, y compris une attaque par les forces loyales à Khadafi de la « Pointe de Sarène », l’Otan a dépêché deux avions de guerre pour escorter dans les airs l’avion présidentiel. Il s’agit d’une rafale et d’un mirage munis de lances missiles. Ces appareils sont conduits par des militaires français qui ont pris en sandwich pendant plusieurs minutes « La pointe ». Occasion saisie par les journalistes pour braquer les objectifs de leurs caméras et photos sur ces appareils qui rappellent aux voyageurs qu’ils se dirigent vers une zone de guerre.

Libyen-1-.JPG

Arrivée à Benghazi, la délégation sénégalaise s’est automatiquement dirigée vers le siège du Conseil national de la transition, où s’est tenue la rencontre entre autorités sénégalaises et rebelles libyens. Rencontre sanctionnée par une conférence de presse qui a attiré toute la presse internationale. Ensuite, direction la place de la révolution en plein centre de Benghazi pour prendre le pouls des populations de cette ville. Après cette petite escapade où Wade a gouté à un bain de foule, la délégation sénégalaise a quitté Benghazi à 16 heures précises. Lors du retour, « La pointe de Sarène » avait à son bord deux passagers supplémentaires, il s’agit de Ali Zeidan et Mansour Sayf Al Nasr, tous deux membres du Cnt. Arrivé sous les coups de 20 heures dans la capitale française, le président Wade avait prévu d’avoir un entretien téléphone avec le roi d’Arabie saoudite. Certainement pour lui rendre compte de sa journée passée à Benghazi.

La veille, le président Wade avait reçu à Paris dans la résidence du Sénégal, sise au 16ème arrondissement, Claude Guéant, ministre français de l’Intérieur et Alain Juppé, ministre des affaires étrangères de la France.

Farba Alassane SY

Commenter cet article