VAGUE DE RALLIEMENTS A L'AFP: 3000 militants d'autres partis rejoignent Niasse

Publié le par farbasy

moustapha-niasse-1-.jpgSous la férule de Malick Gakou, l'Alliance des Forces du progrès a enregistré samedi dernier l'adhésion de 3000 nouveaux adhérents principalement venus du Pds. A cette occasion, Moustapha Niasse a préconisé quelques solutions aux problèmes du Sénégal.

L'Alliance des forces du progrès a célébré samedi dernier l'arrivée de 3000 nouveaux adhérents en son sein dont 387 étudiants. Ces derniers venant principalement du Parti démocratique sénégalais ont rencontré Moustapha Niasse lors d'un meeting tenu devant la permanence de l'Afp au quartier de Sacré Coeur. Parmi les nouveaux militants progressistes, on peut noter Awa Marie Ndiaye responsable du Pds à Pikine, Ousmane Ndoye, ancienne tête de liste de la coalition Suxali Ndakarou aux locales de 2009, Aliou Ndao président de l'Institut musulman de Malika et ancien souteneur de Karim Wade, Pape Fara Ndiaye responsable de l'Apr à Amitié-Point E et Mor Tall président de la mouvance pour la République. De même, des associations de Niarry Tally, Guédiawaye, Yeumbeul et Camberène ont créé le mouvement « Soutenir Gakou derrière Niasse ».

Visiblement satisfait de ces ralliements, Moustapha Niasse a dévoilé ses solutions pour sauver le Sénégal. Selon le leader des progressistes, il faut d'abord garantir les libertés au Sénégal, ensuite assurer aux Sénégalais une éducation de qualité et enfin régler le problème de la demande sociale. De l'avis de M. Niasse, le Sénégal bat en Afrique de l'Ouest le record du chômage des jeunes.  Il a aussi souligné l'importance du fléau de la corruption au Sénégal, ce qui selon lui, empêche la création d'emplois. « On ne peut pas créer des emplois si la corruption fait disparaître les ressources publiques si les ressources publiques vont dans les poches de voleurs invertébrés, de criminels économiques qui pompent les ressources de l’Etat », s'insurge cet opposant.

A propos de la crise énergétique qui secoue actuellement le Sénégal, Moustapha Niasse est d'avis que ni Wade ni son fils Karim Wade ne peuvent régler ce problème. A l'en croire, « il faut assainir l'espace de gestion du secteur de l'énergie ». Pour cela, le secrétaire général de l'Afp préconise de remettre le courant à la Senelec puisque selon lui, « le ministre de l'Energie n'a rien à voir dans le fonctionnement de la Senelec ». Argumentant sa position, Moustapha Niasse assure qu'il « faut laisser l'affaire du courant, sa production, son transport et sa vente à la direction générale de la Senelec ».

Farba Alassane SY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article