TOURNEE ECONOMIQUE DANS LA REGION DE FATICK: Niasse a l'assaut du monde rural

Publié le par farbasy

PICT1554Candidat a la candidature de Bennoo Siggil Senegaal, Moustapha Niasse est descendu cette semaine sur le terrain pour rencontrer les populations du Sénégal profond. Au cours d'une tournée économique dans la région de Fatick, le leader de l Afp a procédé au rappel des troupes en perspective de la bataille électorale du 2012.

Il est 19h20 ce lundi 17 octobre. Sur le Ferry traversant le bras de mer qui sépare les localités de Ndakhonga à Foundiougne, Moustapha Niasse se tient debout pour cause d'absence de places assises libres. A ses cotés, une femme se lève pour lui proposer de s’assoir. Refus poli de l’homme politique pourtant septuagénaire. « Une femme ne doit pas se tenir debout tandis que les hommes s’assoient », répond-il. Finalement, le secrétaire général de l’Afp,  accompagné d’une partie du bureau politique de cette formation politique à savoir entre autre Malick Gakou, Madieyna Diouf, Aliou Sarr, Hélène Tine, Cheikh Bamba Sall, Abdoulaye Ba et Malick Gueye, voyagera debout comme n’importe quel simple passager durant ce trajet d’une durée de près de 30 minutes. Cette scène s’est déroulée à l’occasion de la tournée économique que Moustapha Niasse a effectuée du 17 au 19 octobre dans la région de Fatick, entité territoriale où  l’Afp est aux commandes en la personne du président du Conseil régional Bouna Ndoffene Diouf. Au cours de ce périple, le progressiste en chef a voulu prendre le pouls des populations de cette région à majorité rurale, histoire de leur trouver des solutions. Et comme solution, Niasse prévoit la construction d’un pont reliant Ndokhonga à Foundiougne en remplacement au bac vieillissant. Pour rappel, c’est Madieyna Diouf, qui en tant que ministre de l’équipement au début des années 2000, avait commandé l’actuel Bac.

Dans la peau du cultivateur Saloum Saloum

Autre décor, dans les localités telles Keur Saloum Diané, Nioro Alassane Tall, et Keur Samba Gueye, toutes situées dans le bassin arachidier, Moustapha Niasse s’est mis dans la peau d’un paysan pour attirer l’attention des agriculteurs. En enfant du pays, il est originaire de Keur Madiabel, l’ancien Premier ministre a, entre deux Ngoyane ou chants traditionnels du Saloum, utilisé des termes techniques spécifiques aux cultivateurs. Ce, pour leur montrer qu’il est un homme politique qui connait les réalités du terrain. C’est ainsi qu’il révèle à l’auditoire avoir déjà utilisé le Sonkodieré ou besace en toile pour semer les graines d’arachide. Dans cette même lancée, l’homme politique cite les différentes étapes de la culture d’arachide que sont le Bakhao (1ere culture), Beyaate (2ème culture), Kanoli (3ème culture), Boudi Niaxx (4ème culture) et de récolte : Tarr (petit tas), Naaf (grand tas) et le Bath. Effet garanti dans l’auditoire paysan visiblement étonné de voir un homme politique dakarois tenir de tels propos. Dans cette campagne de séduction, Moustapha Niasse ajoute qu’il est lui aussi un exploitant agricole, précisant qu’il possède des champs dans son fief de Keur Madiabel, dont les recettes de la production sont entièrement reversées à sa mère aujourd’hui âgée de 97 ans. Cette dernière recevra d’ailleurs la visite de la délégation le mercredi 19 octobre. Occasion au cours de laquelle elle aura prié pour son fils, qui pour rappel est en ce moment candidat à la candidature de Bennoo Siggil Senegaal pour l’élection présidentielle de 2012. D’ailleurs, Moustapha Niasse a promis à sa maman de revenir la voir en fin semaine.

 

Incursion au royaume d'enfance de Senghor

Deux jours plutôt, le leader de l’Afp était dans le département de Fatick, plus précisément au royaume de l’enfance de Léopold Sedar Senghor. Là bas, il s’est mis dans la peau de fils spirituel du premier président de la République. A Fimela, Moustapha Niasse fera savoir qu’il a été avec Adrien Senghor le constructeur de la route reliant cette localité du Sine à la route nationale. De même, il révèle que sa femme Marianne Niasse vient d’acquérir un hôtel à Fimela. Arguments qui n’ont pas laissé de marbre les parents du défunt président Poète. C’est le chef de village du village de Djilor, localité où Senghor a passé une bonne partie de son enfance qui a ouvert le bal des éloges. « En voyant Moustapha Niasse, c’est comme si nous voyons Senghor, le fils du pays », déclare t-il dans un Wolof teinté d’accent Sérère. Pour précision, la famille maternelle de Senghor est originaire de Djilor. De l’avis de Mariama Senghor, habitante de Fimela, l’actuel secrétaire général de l’Afp est un homme reconnaissant envers Senghor. A préciser que Moustapha Niasse a été le dernier directeur de cabinet de Senghor, avant la démission de ce dernier à la magistrature suprême en décembre 1980. En compétition avec Ousmane Tanor Dieng du Ps pour la candidature de l’unité de  Bennoo, le leader des progressistes veut visiblement avoir le soutien de la famille de Senghor. A cet effet, il rappelle volontiers ses origines Sérère, exactement du coté de sa grand-mère maternelle qui était issue de la famille de Bour Sine Coumba Ndoffene Diouf.

A Karang, ville frontalière avec la Gambie, le chef des progressistes s’est mis à l’anglais histoire de délivrer un message de paix et de fraternité au peuple gambien et à son président Yaya Jammeh. Par contre, Abdoulaye Wade n a pas eu droit a autant d' égards, au contraire il s'est attiré les foudres d'un Niasse assurément offensif en cette période de pré-campagne électorale En allusion a Wade, il lancera que « ceux qui chevauchent les chemins de l ignominie, Dieu va les enlever de la d ici  quatre mois ». Autre missile envoyée au régime libéral, cette fois ci c'est a Keur Samba Gueye. Là, le progressiste en chef déclare: « Le Sénégal traverse une période de ramadan. Bientôt la Korite et ce sera en février 2012.  Ceux qui n'ont pas jeuné durant toute cette période vont alors sortir du pays ». Même si Niasse s'est gardé tout au long de cette tournée d'aborder ses ambitions présidentielles, toutefois les militants et sympathisants n'ont pas eu la même retenue. C'est à l'image du Cherif Bounana Aidara, petit fils du prophète Mohammed Pls. Ce religieux a la certitude que Moustapha Niasse sera le prochain président de la République puisque l'abbé Hyacinthe Thiandoum l'a annoncé depuis mars 1999. Toujours selon lui, c'est un religieux chrétien qui a annoncé le premier la venue du prophète Mohamed au 7eme siècle. Suffisant pour que Bounana Aidara fasse le rapprochement avec le chef de l Afp. Après les départements de Fatick et de Foundiougne, la tournée a pris fin, en mercredi 19 octobre dans le département de Gossas plus précisément Mbar et Gossas. Prochaine étape fin octobre dans la région de Tambacounda pour une autre tournée économique en perspective de la présidentielle de 2012.

Farba Alassane SY

Commenter cet article