TIRAILLEMENTS POUR LE CHOIX DU PRESIDENT DU COMITE DE VEILLE DU FICHIER ELECTORAL: Un bras de fer entre le pouvoir et l'opposition retarde les travaux

Publié le par farbasy

Pouvoir et opposition se sont opposés hier dans les locaux de la Cena à propos du choix du président du comité de veille du ficher électoral. La société civile et l'opposition proposant le constitutionnaliste Babacar Gueye, la mouvance présidentielle  soutenant le sociologue Racine Kane, un choix consensuel n'a finalement pas eu lieu. Devant un tel blocage, les discussions ont été reportées à ce mercredi à 16h.

 

La réunion hier dans les locaux de la Cena pour la désignation du président du comité de veille et de suivi du processus électoral s'est terminée par un blocage. En effet, pouvoir et opposition ne se sont pas entendus sur le choix de la personne devant présider cette structure mise sur pied par décret présidentielle le 30 décembre dernier et ayant en charge de veiller à l'effectivité de la mise en oeuvre des recommandations de la mission d'audit du processus électoral. La société civile et l'opposition proposant le nom du constitutionnaliste Babacar Gueye, les partis de la majorité présidentielle regroupés au sein de l'Alliance Sopi pour toujours s'y sont opposés. Ils ont préféré hier le choix de Racine Kane, membre de la société civile et officiant à l'Ong Enda Graf. Ainsi donc, au bout de plus de quatre heures de concertation à huit clos, Doudou Ndir, président de la Cena n'a pu que constater l'échec du choix du président du comité de veille du processus électoral. « Il y a eu des divergences, il ne faut pas s'en cacher parce qu'une proposition a été faite à laquelle une autre proposition a répondu », a-il déclaré devant la presse. Expliquant les raisons d'un tel blocage, le chef de la Commission électorales nationale autonome s'est voulu très explicite. « Nous nous sommes retrouvés avec deux propositions émanant de deux camps opposés. Le consensus était ce que nous avions défini comme étant le mode de désignation du président.  Nous avons épuisé les voies de ce consensus. Nous avons passé plus de 4h de temps à discuter sur les mérites des uns et des autres mais sans pouvoir arriver à trancher le choix qui devait se porter sur l'un ou sur l'autre. Chacun campant sur ses positions », a t-il rapporté. Cependant, tout n'est pas perdu, puisque Doudou Ndir a fait savoir qu'une des parties a finalement émis le souhait d'avoir un délai de 24h pour réfléchir sur une position plus consensuelle. Après vérification, il s'est avéré que c'est le camp présidentiel qui a fait cette proposition. Ainsi donc, le réunion va reprendre ce mercredi à 16h. S'exprimant sur ce report, Doudou Ndir a fait entendre l'idée de l'organisation d'un vote pour désigner le président du comité de veille au cas où les différentes parties campent toujours chacune sur ses positions. « Demain encore, on essaiera de maintenir le consensus. Si ils n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le choix d'une personne sur la base d'un consensus, à ce moment là, je pense que nous trouverons un moyen. Peu-être procéderons nous pas vote pour mettre en place le comité de veille avec l'élection de son président de son président », a fait savoir le président de la Cena.  

Il faut savoir, qu'il appartient à la société civile le pouvoir de proposer en son sein les profils de trois personnalités capables de diriger le comité de veille. A charge ensuite pour les membres du comité de choisir par consensus un président. Ce qui a échoué hier. La société civile a estimé que le constitutionnaliste Babacar Gueye, le sociologue Racine Kane et le juriste Valdiodio Ndiaye sont chacun capable de diriger cette structure. « On a proposé les trois mais notre choix principal parmi ces trois là, c'est le professeur Babacar Gueye et on a insisté là dessus », a toutefois précisé Omar Diop, l'un des délégués de la société civile durant les concertations d'hier. Justifiant la pertinence du choix de Babacar Gueye, il ajoute: « Puisqu'ici, la matière c'est le droit, nous avons estimé que parmi nos trois candidats, le même à jouer ce rôle c'est Babacar ». Toujours selon ce membre de la société civile, « La mouvance présidentielle est favorable à Racine Kane. Mais ils n'ont pas exclu la possibilité d'appuyer Babacar Gueye». Bennoo Siggil Senegaal, Bennoo Taxawal Senegaal, la société civile et les partis non alignés étant tous pour le choix du Pr Babacar Gueye, l'Alliance Sopi pour toujours n'a pas d'allié pour imposer le choix de son candidat. Ainsi donc, en cas de vote, le candidat de l'opposition  a plus de chance de passer que celui soutenu par la majorité présidentielle.

Farba Alassane SY

 

Commenter cet article