Tata 2012, la botte secrète de Wade pour remporter la prochaine présidentielle

Publié le par farbasy

bus_tata_2-1-.jpgPour la mère des batailles que représente la présidentielle de 2012, le Pds ne va lésiner sur aucun moyen pour permettre à son candidat de gagner. De cette échéance électorale dépendra l'avenir de nombreux caciques du parti au pouvoir puisqu'avec une victoire de l'opposition, il n'est pas exclu que beaucoup d'entre eux soient poursuivis par la justice. Ce, du fait des nombreux scandales de tous genres qui ont éclaboussé le régime libéral durant ces 11 dernières années. Dans ces conditions, aucune aide n'est de trop pour conserver le pouvoir quelques années encore. C'est ce qu'a compris Farba Senghor, le coordonnateur du Pds en recevant mercredi les membres de  l'Association de financement des transporteurs urbains (Aftu). Et il peut s'estimer heureux puisque ces derniers, par la voix de leur président Abdoulaye Gueye, ont décidé de contribuer à une victoire électorale dès le premier tour du candidat Abdoulaye Wade en 2012. Mieux, une organisation nommée Tata 2012 vient d'être mise sur les fonds baptismaux pour soutenir la président de la République lors de ces joutes électorales qui seront très disputées. C'est dans cette logique que Ndiogou Malick Dieng, président de cette structure a appelé tous les transporteurs à aller s'inscrire sur les listes électorales. Ainsi donc, les quelques 3628 transporteurs des bus Tata et King Long se sont engagés à ne ménager aucun effort pour donner un troisième bail à Me Abdoulaye Wade au palais de la République sis au boulevard Léopold Sédar Senghor.

Mais comment une poignée de chauffeurs, receveurs, mécaniciens et autres constitue t-elle une force électorale capable de réélire le président de la République? Par le convoi des électeurs pardi !!! Le fait de monopoliser le gigantesque parc automobile des  bus Tata et King Long pour permettre aux militants libéraux de rejoindre leur centre de vote pourrait de manière sensible influer sur les résultats du vote. Il n'est pas exclu le 26 février 2012 que les sympathisants de l'opposition habitant Dakar et originaires de l'intérieur du Sénégal soient privés de déplacement. Ce sera alors une discrimination flagrante qui pourrait entacher la sincérité de la prochaine présidentielle.

Farba Senghor compte beaucoup sur ces transporteurs qui sont entièrement acquis à sa cause. D'ailleurs, le coordonnateur du Pds n'a pas manqué de souligner le rôle crucial de ces derniers dans la victoire électorale de Wade en 2000. A l'en croire, c'est en convoyant 20 cars transportant chacun des militants libéraux dans 565 collectivités locales que le Pds a réussi cette année là à battre le Parti socialiste. Il a cependant omis de dire que ce même procédé a participé en 2007 à la réélection du président Wade. Avec l'argent que procure le pouvoir, nul doute qu'un nombre impressionnant de cars ont eu à s'occuper de la même tâche. Dans un pays comme le Sénégal où la pauvreté et la précarité sont les choses les mieux partagées, les électeurs peuvent difficilement refuser l'offre de convoi et de récompense en espèces sonnantes et trébuchantes du parti au pouvoir. Il est fort probable que cette recette soit encore utilisée en février 2012.

A entendre Farba Senghor féliciter le transporteur Modou Mboup qui a permis de mobiliser plus de 150 véhicules en moins de 24h lors des deux dernières manifestations du Pds à savoir l'accueil de Ouattara et la marche du 19 mars, on se rend compte que le Pds s'appuie sur les bus Tata et King Long pour réussir ses mobilisations. D'où ce constat: le militantisme libéral des transporteurs du réseau Aftu peut porter un coup de grâce à la volonté de changement d'une frange importante de la population qui tire la diable par la queue. Il appartient maintenant aux citoyens lamda de trouver les voies et moyens pour faire en sorte de faire entendre leur voix en 2012. De même, l'opposition est avertie. Elle a intérêt à touver une stratégie efficace pour empêcher les transferts massifs d’électeurs si elle veut éviter une nouvelle déconvenue électorale.

Farba Alassane SY

Commenter cet article