STRATEGIE POUR INVALIDER LA CANDIDATURE DE WADE: M23 opte pour le combat de la rue

Publié le par farbasy

259979 209724592397997 100000813732309 539885 3967450 n[1]Le combat de la rue, telle est l'option du Mouvement du 23 juin pour empêcher à Wade d'être candidat à la prochaine présidentielle. Cette structure rejette tout dialogue avec le chef de l'Etat. De même elle ne veut pas d'élections anticipées.

Loin d'apaiser le M23, le discours du président Wade a eu pour effet de renforcer la colère de ce mouvement regroupant l'opposition et la société civile. Selon le comité de coordination de ce vaste rassemblement des forces vives de la nation regroupé samedi en assemblée générale au siège de la Raddho, le président de la République « n'a répondu à aucune des attentes du peuple sénégalais, qui s'est massivement exprimé le 23 jun contre son projet de ticket Président-Vice président et de dévolution monarchique du pouvoir ». C'est pourquoi, il estime que « la seule alternative pour le pays et le peuple reste la mobilisation de masse dans l’unité, la cohésion et la détermination pour lutter de manière pacifique contre l’arbitraire ». De même, le M23 rejette tout dialogue avec Wade qui « prend la liberté de dire et de se dédire publiquement sans gêne ni regret à son âge ». D'où ce surnom « Laye Waxeet » donné à partir de maintenant au chef de l'Etat.

Au chapitre des déclarations, les personnalités présentes à l'Ag ont rivalisé de discours guerriers. Incontestablement, l'entrepreneur Bara Tall a remporté la palme avec cet avertissement fait à Wade: « Nous nous impliquerons au péril de notre vie pour que ce troisième mandat n’ait pas lieu ». Toujours selon le leader du mouvement citoyen « Yamalé », pas besoin d'attendre la décision du Conseil constitutionnel pour prouver que Wade ne peut plus être candidat. Comme argument à sa certitude, il prend l'exemple du Foot-ball. A l'en croire, pas besoin d'attendre une réunion  de commission d'arbitres pour savoir qu'un joueur avec deux cartons jaunes est de fait exclu du jeu. A sa suite, Landing Savané dira que « l’issue du combat sera dans la grande arène de la rue ». Ce que conforte Macky Sall qui propose une journée d'action tous les 23 de chaque mois pour le respect de la Constitution sénégalaise « jusqu'à ce que la victoire s'en suive ». Embouchant la même trompette, Ousmane Tanor Dieng appelle à la création d'un  « rapport de force qui oblige Abdoulaye Wade a reculer comme il a reculé le 23 juin ». C'est en tout cas le voeux pieux d'Alioune Tine qui souhaite que « la prochaine fois soit vraiment la bonne ».

Les imams et prédicateurs dans la danse

En outre, le Mouvement du 23 juin a enregistré samedi dernier l'adhésion de la Ligue nationale des imams et prédicateurs du Sénégal. Selon, l'imam Mouhamadou Bamba Sall, président de cette structure regoupant selon lui 60% des imams du Sénégal, les Sénégalais doivent accepter de se sacrifer pour éviter la servitude devant Abdoulaye Wade et son fils Karim. De même, il a demandé aux musulmans de ne pas suivre les marabouts qui leur incitent à ne pas se sacrifier pour leur pays. « Ce ne sont pas eux qui vous payent l'électricité, le courant et la scolarité de vos enfants », ajoute le religieux visiblement prêt à en découdre avec Wade.

Farba Alassane SY

Commenter cet article