SOUPCONS DE PUTSCH: Wade risque d'être renversé par certains libéraux, selon les socialistes

Publié le par farbasy

PICT0188.JPGLa jeunesse socialiste soupçonne certains proches de président de la République de vouloir perpétrer un coup d'Etat pour s'emparer du pouvoir. Ils indiquent que Wade risque de connaître le même sort que le tunisien Bourguiba qui a été déposé  en 1987 par son Premier ministre Ben Ali. 

 

Le président Wade est-il actuellement menacé par un coup d'Etat? Oui répondent les jeunes socialistes qui évoquent un putsch manqué contre le président de la République et organisé par des libéraux. "Nous soupçonnons le pouvoir d'avoir effectivement tenté d'orchestrer un coup d'Etat libéralo libéral, pour ensuite en imputer la responsabilité à l'opposition", indiquent en effet les camarades de Barthélemy Diaz. Expliquant les raisons de ce soupçon, Youssou Mbow, porte parole des jeunesses socialistes, fait référence à la "jurisprudence Bourguiba", du nom de cet ancien président de la Tunisie qui a été déposé en 1987 par son Premier ministre Ben Ali pour cause de sénilité. De l'avis de Mbow, "Wade est atteint par le syndrome Bourguiba". Pour étayer sa thèse, il rappelle la déclaration de Wade le 19 mars dernier à propos de la victoire de  l'équipe nationale de football contre celle du Cameroun alors qu'il restait une semaine pour que le match soit joué. Ou encore, les déclarations contradictoire de Wade à propos de sa candidature à la présidentielle de 2012.

Selon les jeunes socialistes, certains proches du président Wade tapis dans l'ombre, sachant que leur mentor est finissant, veulent renverser le président de la République et accaparer le pouvoir. Face à l'éventualité de ce scénario, Youssou Mbow se fait menaçant. "Nous n'accepterons jamais cette forfaiture", prévient-il. Aussi, le porte parole des jeunes socialistes tient-il à attirer l'attention de l'opinion nationale et internationale.

Pour rappel, Habib Bourguiba 84 ans a été déposé le 6 novembre 1987 par son Premier ministre Ben Ali avec l'appui d'un rapport médical signé par sept médecins tunisiens.

 

Farba Alassane SY

Commenter cet article