REACTIVATION DE FEKKE MACI BOLE: Que pèse Youssou Ndour?

Publié le par farbasy

u1_youssou_ndour2-1-.jpgLe célèbre chanteur sénégalais a décidé d'entrer en politique, non pas en briguant la magistrature suprême, mais en offrant d’abord une tribune aux différents candidats à la prochaine présidentielle pour exposer leurs programmes respectifs, puis en battant activement campagne pour celui qui se montrera le plus convaincant. Que valent réellement la voix Youssou Ndour, hors studio, et son mouvement « Fekke Maci Bole »? Eléments de réponse.

 

Les adeptes de la politique politicienne n'ont qu'à se tenir au carreau, Youssou Ndour vient de leur déclarer la guerre en perspective de la grande bataille électorale qu'est la présidentielle de 2012. Et le célèbre artiste ne sera d'aucune pitié dans sa croisade contre les politiciens véreux qui vivent grassement sur le dos des contribuables sénégalais. Un single intitulé « Fekke Maci Bole «  lancé la semaine dernière sur Youtube, célèbre site de vidéo en partage, se fait l'echo de l'état d'esprit de l'enfant de la Medina. « Que ceux qui sont là pour amasser de l'argent sachent qu'ils ne seront pas élus/Inutile de nous bagarrer ou de nous disputer avec ceux-là/Nous leur priverons simplement nos voix », menace t-il dans ce morceau de Mbalakh soft. Plus loin,  Youssou Ndour se fait plus explicite: « Nous n'avons que nos cartes d'électeur. Nous ne jouons pas avec et nous ne les vendons pas/Les temps ont changé, maintenant nous les jeunes sommes réveillés ». Les hommes politiques sénégalais apprécieront. Pour le moment, ce morceau est encore loin de faire l'objet d'un buzz sur la toile, mais avec l'échéance électorale qui approche à grands pas, il ne serait pas étonnant qu'il devienne populaire dans les prochaines semaines. Le lancement  du single « Fekke Maci Bole » coïncide avec le discours radio-télédiffusé le 14 septembre de Youssou Ndour. Speech retransmis le soir à 20H30, une heure de grande écoute sur  deux supports de communications de l'artiste que sont la radio Rfm et la chaine de télé Tfm. Regard sérieux derrière une paire de lunette, voix grave, le musicien fait savoir que son mouvement sera  un forum qui se veut « le plateau du peuple sur lequel hommes et femmes politiques, candidates et candidats à la présidentielle de 2012 pourront présenter leurs programmes au Sénégalais ». De ces candidats qui répondront à l’appel, Youssou Ndour en choisira un qu’il soutiendra lors des prochaines joutes électorales. Pour l’heureux élu, l’artiste s’engagera à battre campagne à ses côtés en déployant une stratégie pour la victoire.

« Fekke Ma ci Bole », slogan de partage ou véritable mouvement politique? 

Armé de son mouvement citoyen, l’enfant de la Medina ambitionne de devenir le faiseur de roi en 2012. D’où cette question : que pèse Youssou Ndour au point de s'immiscer dans le jeu politique ? Mis sur les fonts baptismaux il y a plus d’un an à une période où les mouvements citoyens avaient le vent en poupe, notamment avec la création de Yamalé de Bara Tall, Bess du Niakk de Mansour Sy Djamil, du Mpcl de Cheikh Tidiane Gadio, « Fekke Ma ci Bole » a plus l’air d’une coquille vide qu’autre chose. Une semaine après l’allocution de Youssou Ndour, aucun signe ne montre que ce mouvement bouge. Rien hormis une page Facebook qui compte 1660 fans. Contrairement aux autres mouvements sénégalais qui sont bien structurés, « Fekke Ma ci Bole » semble toujours être au point mort. Toutefois, il est annoncé la tenue d’un assemblée générale courant octobre pour corriger cet impair. Conscient sans doute des failles de son mouvement, Youssou Ndour a fait savoir lors de son discours du 14 septembre que « Fekke Maci Bole » a un mode opératoire différent des autres mouvements politiques.  Et de préciser que « Fekke Maci Bole a son identité propre. Il est la face des Sénégalais. Fekke Maci Bole est un espace d’expression libre et démocratique ». « Chon », de son vrai nom Alassane Ndiaye est l’un de ses animateurs. Reporter photographe de son état, l’homme est le président de la section Medina-Fass-Gueule Tapée dudit mouvement. Il s’était fait remarquer par Youssou Ndour en avril 2010 à l’occasion du lancement au théâtre Daniel Sorano de l’album Dakar-Kingston. Le jeune homme avait ce jour là affrété quatre bus remplis de fans. Ce coup d'éclat lui avait d’ailleurs valu l’honneur d’être invité à Bercy. Appareil Photo accroché au cou, look fashion, « Chon » se considère aujourd’hui comme un leader à la tête d’une importante marée humaine. « Il y a beaucoup de jeunes derrière moi et nous sommes prêts à soutenir le candidat de Youssou Ndour », confie ce personnage haut en couleur à Nouvel Horizon. Une masse de sympathisants sur laquelle la star de la musique sénégalaise pourrait s’appuyer pour soutenir un candidat en février 2012. A la tête du plus puissant groupe de presse du Sénégal et fort de sa popularité, You comme l’appellent les intimes, a l’aura pour  peser dans l’échiquier politique. Reste à savoir si les fans qui aiment sa musique  au point d’aimer les produits du groupe Futur Media que sont L’Observateur, Rfm et Tfm sont prêts à suivre la « future consigne de vote » de Youssou Ndour. Rien n’est moins sûr surtout quand on sait que certains disciples du Mourisdisme comme de la Tidiania ont dans le passé contesté des Ndiguels électoraux de leurs marabouts. 

 

Un engagement politique en dent de scie

514537-655854-1-.jpgDe l’engagement politique de Youssou Ndour, certains observateurs ne retiennent qu’une manière pour l’artiste de défendre ses intérêts d’homme d’affaire. En d’autres termes « Fekke Maci Bole » est vu comme un simple slogan de partage du gâteau avec les politiques. Littéralement ce mouvement signifie en Wolof : «c’est parce que je suis témoin que j’y prends part ». Pour d’autres, « Fekke Maci Bole » n’était qu’un moyen de pression sur le pouvoir pour l’obtention de la licence télévisée de Tfm. En effet, une fois le précieux sésame obtenu mai 2010, le mouvement est entré comme par enchantement en hibernation pour se réveiller en septembre 2011, soit cinq mois avant la présidentielle. Il faut préciser que la réactivation de « Fekke Maci Bole » intervient moins d’un mois après l’interpellation de Youssou Ndour par Omar Faye de Leral Askan wi par voie épistolaire. « Depuis que le groupe Groupe Futurs Médias a reçu l’autorisation d’émettre, l’on note que vous brillez par vos absences dans les combats de la société civile. Face à la situation nationale et les enjeux capitaux de la Présidentielle de 2012, Leeral Askan Wi vous invite à clarifier votre position sur le débat politique national »,avait déclaré l’activiste politique Rufisquois dans sa missive. Une pique qui a tout l’air d’avoir atteint sa cible. Par ailleurs, la descente de Youssou Ndour dans l’arène politique pourrait s’expliquer par l’inimitié entre le chanteur et les tenants du régime libéral. Mai dernier, le leader du Super Etoile n’avait pas bien apprécié le silence des libéraux à l’occasion de son élévation au rang de Doctoris Honoris Causa par la prestigieuse université américaine de Yale. Moins d’un mois après, dans le sillage des événements du 23 et 27 juin, Youssou Ndour avait tout simplement demandé « les yeux dans les yeux » au président Abdoulaye Wade de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle. Une prise de position qui, semble t-il, a été à l’origine du blocage par le fisc des comptes de Youssou Ndour Head et du studio Xippi. Le trésor public réclame en effet 100 millions de francs Cfa à l'artiste. Au dernières nouvelles, la tension s'est rabaissée. Mais tout de même, elle est loin l'époque où les relations entre Youssou Ndour et Abdoulaye Wade étaient plus que cordiales. Le premier avait même dédié en 2004 une chanson « Yonn wi » au second pour pour saluer sa distinction par la Ligue internationale des Droits de l'Homme à New York.

Coluche, Weah, Alpha Blondy, Michel Martelly, les devanciers de You

uc0xhc1g-1-.jpgEn s'engageant en politique, Youssou Ndour suit les traces d'autres artistes et sportifs à travers le monde qui ont eu à adopter le même profil. Des saltimbanques qui à des degrés divers ont bousculé les hommes politiques. En Côte d'Ivoire, les Reggae men Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly sont des voix écoutées dans le débat politique.  Face au débat sur l'Ivoirité, théorisant l'exclusion du nordiste Alassane Ouattara de la course à la magistrature suprême, ces deux chanteurs se sont fait remarquer par leurs prises de positions courageuses contre ce concept mis sur pied dans les années 90 par l'ancien président Henri Konan Bédié. Depuis 2003, Tiken Jah Fakoly vit en exil au Mali suite à des menaces de mort. Au Liberia voisin, l'ancien foot-balleur Georges Weah a failli en 2005 devenir président de la République de son pays lors de l'élection présidentielle. Avec 40,4% obtenu au second tour du scrutin, cet ancien joueur de Psg et Milan Ac peut se targuer d'être l'une des personnes qui compte dans le Landerneau politique libérien. A Haïti le chanteur populaire Michel Martelly a crée la surprise en remportant haut la main la dernière présidentielle de ce pays situé en Amérique. Agé de 50 ans, ce néophyte en politique surnommé « Sweet Micky » a fait mouche dans l'électorat haïtien grâce à sa popularité et son programme de réforme agricole. En France, l'humoriste Coluche qui avait par plaisanterie annoncé sa candidature pour la présidentielle de 1981 a recueilli jusqu'à 16% d'intentions de vote dans les sondages. Tout est parti de cet appel croustillant lancé le 30 octobre 1980 devant les médias: « J'appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi, à s'inscrire dans leurs mairies et à colporter la nouvelle».Toutefois, suite à de nombreuses pressions dont une censure à la télévision et à la radio et même des menaces de mort, Coluche s'est finalement désisté à la dernière minute appelant ainsi les électeurs à voter pour François Mitterrand, qui finalement gagnera les élections. L’appel de notre You national en faveur d’un candidat sera-il porteur ? 2012, c’est déjà demain !

Farba Alassane SY

Commenter cet article