Que l'esprit du 14 juillet habite Wade

Publié le par farbasy

Delacroix44-1--copie-1.jpgQue l'esprit du 14 juillet soit avec le président Wade jeudi lors de son prochain discours à la Nation. En choisissant une telle date historique symbolisant  la liberté et la justice, le chef de l'Etat a le devoir de placer la barre haute tant les attentes des Sénégalais sont immenses. Abdoulaye Wade a choisi le jour de la fête nationale de la France ainsi que celle de la République en Irak pour tenter d'apporter des réponses rassurantes aux craintes des Sénégalais surtout celles ayant trait à une possible dévolution monarchique du pouvoir. Jeudi, les Sénégalais veulent entendre des propos responsables venant de leur Président et non des vociférations et menaces d'un chef de clan.

Puisque Wade a souhaité attendre jusqu'au 14 juillet pour enfin parler à son peuple, il convient de lui rappeler l'importance de cette date. Plus de deux siècles plus tôt, plus précisément en 1790, le roi de France Louis XVI, affaibli par la prise de la forteresse de la Bastille un an plus tôt par les parisiens, avait réussi à se réconcilier avec son peuple à l'occasion de la fête nationale de la fédération. C'est d'ailleurs en hommage à ce jour historique que l'Assemblée nationale française a choisi depuis 1880 la date du 14 juillet comme fête nationale de la France. Ce que célèbrent nos amis français, c'est l'esprit de fraternité et de communion qui avait uni le 14 juillet 1790 aux champs de Mars de Paris le monarque et son peuple. Bousculé par la révolution, qui allait d'ailleurs finalement l'emporter,  le despote avait à cette occasion, prêté serment à la nation et à la loi sous les vivats du peuple parisien. Par ce geste, Louis XVI s'était en toute humilité plié à la volonté populaire. Quatre vingt dix ans après, le Sénat Français a rendu un vibrant hommage a cet événement en décidant de le commémorer tous les ans. Donnant les raisons de son choix, la chambre haute du Parlement explique par le fait que le 14 juillet 1790 soit « le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire ». « C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant », ajouteront-ils à leur raisonnement.

C'est aussi un jour de 14 juillet que les Irakiens se sont enfin débarrassé de la dynastie fantoche des Fayçal installée en août 1921 par les Britanniques. En 1958, le général Abdul al-Karim Qasim renverse le roi Fayçal II et le régent Abdul Illah marquant ainsi une rupture radicale par rapport la puissance coloniale. Ombre au tableau, la famille royale et le Premier ministre Nouri Saïd ont été froidement abattus.

Après la France et l'Irak, le Sénégal peut aussi avoir un 14 juillet à célébrer. Mais à condition que le président Wade prenne de la hauteur et comprenne le profond ras le bol du peuple vis à vis du régime libéral. Affaibli par les événements de fin juin et le début de lâchage de la France, le chef de l'Etat n'aura d'autres choix que de se plier devant la volonté populaire. Et espérer ne pas connaître le sort peu enviable de Louis XVI, qui sera finalement guillotiné le 21 janvier 1793 par le peuple qu'il a dirigé pendant 18 ans.

Farba Alassane SY

Commenter cet article