PRESIDENTIELLE 2012: Gadio tout près des starting-block

Publié le par farbasy

Porter l'écharpe présidentielle, tel est le voeux ardent de Cheikh Tidiane Gadio. L'ancien chef de la diplomatie va probablement déclarer sa candidature au mois de mai prochain. De même, il a annoncé son ambition de faire inscrire un million de jeunes sur les listes électorales en plus d'effectuer une marche d'une durée de 7 mois dans les 14 régions du Sénégal.

 

Cheikh Tidiane Gadio a des ambitions présidentielles. Et il ne s'en cache pas. Venu présider samedi dernier une journée de réflexion organisée par le Mouvement politique citoyen Luy Jot Jotna, cet homme politique a montré son intention de conquérir le pouvoir. En effet, de par sa déclaration finale, on retient que l'ancien ministre des Affaires étrangères va très probablement déclarer sa candidature le 8 mai prochain à l'occasion de la réunion de la convention nationale du Mpcl. En témoigne cette déclaration: « Il y aura un débat politique interne au Mpc sur la candidature de notre mouvement, que confirmera la convention nationale de mai. Une fois cette candidature décidée et cette longue marche entamée, la prochaine grande étape pour nous sera le palais présidentiel de la République ». Comme pour confirmer l'ambition de Cheikh Tidiane Gadio d'engager la bataille électorale de 2012, ce dernier annonce que la Mpcl va prendre part à toutes les commissions nationales électorales pour la transparence des scrutins. De même, il a l'intention de faire inscrire un million de jeunes Sénégalais sur les listes électorales à l'occasion de la présente opération de révision. En plus de cela, le Mouvement politique citoyen va prochainement effectuer durant sept mois une longue marche citoyenne à travers les 14 régions du Sénégal. « Nous comptons faire tout le pays, visiter tous les chefs lieu de département, faire l’ensemble du territoire national, donner un visage à nos leaders. Nous comptons engager ce qu’on appelle une conversation citoyenne avec les Sénégalais », a précisé Cheikh Tidiane Gadio. Assurément, l'ancien chef de la diplomatie sénégalaise ne fait rien pour cacher son désir de remplacer le président Wade. Parlant de la fin du mandat de l'actuel chef de l'Etat, Gadio a souhaité que Wade « quitte le pouvoir par la grande porte, qu'on lui déroule le tapis rouge, que lui même mette l'écharpe au niveau président élu ». A ce sujet, il fait cette précision de taille: « Et quand je parle d'écharpe, c'est espoir que le Mpcl soit concerné par cette écharpe ». Cheikh Tidane Gadio n'a aussi pas manqué de souligner son atout par rapport à Abdoulaye Wade. Selon lui, « L’Amérique de peut pas confier aujourd’hui son destin à un jeune de 46 ans et le Sénégal décider de confier son destin à un homme de 86 ans ». Ce, non sans préciser que lui Cheikh Tidiane Gadio est âgé de 53 ans. D'ailleurs, le leader du Mpcl qui prône ouvertement une relève générationnelle à la tête de l'Etat n'a pas manqué de disqualifier la génération des anciens. « Nous demandons à la classe qui nous a donné l’indépendance (...) qu’ils nous laissent maintenant bâtir la démocratie, des institutions solides basées sur une constitution respectée. Qu’ils nous laissent bâtir et moderniser le Sénégal ». A n'en pas douter, Cheikh Tidiane Gadio est à l'assaut de la citadelle occupée par Wade.

 

Farba Alassane SY

 

REFERENDUM D'AUTODETERMINATION EN CASAMANCE

 

«Une catastrophe» selon Gadio

 

Réagissant à propos de l'idée du référendum d'autodétermination pour régler la crise en Casamance, Cheikh Tidiane Gadio a cloué au pilori cette proposition de sortie de crise. « C’est une catastrophe. Nous ne sommes pas d’accord une seconde qu’on outre passe le dialogue, tout le potentiel d’une négociation entre fils et filles du Sénégal pour aller faire un référendum », s'est offusqué le leader du Mpcl. A l'en croire, ceci est politiquement parlant une absurdité. « Admettons que 55% aient répondu oui à l’indépendance et les 45% qui sont des Sénégalais, qui veulent rester des Sénégalais et qui demandent au Sénégal de défendre leur droit d’existence en tant que Sénégalais sur leur terre, qu’est ce qu’on va faire d’eux », s'est-il demandé. Selon Gadio, avec l'indépendance du Sud Soudan, l'alerte générale est sonnée aujourd'hui en Afrique. L'ancien chef de la diplomatie sénégalaise est d'avis que « Ceux qui avaient balkanisé l’Afrique en 1886, trouverons aujourd’hui des Africains faire leur boulot. Prendre des canifs, des ciseaux, des feutres, prendre la carte de l’Afrique et la saucissonner à nouveau et nous créer 100 Etats africains. Il est possible que tous les sud veillent se séparer des nord».

 

Commenter cet article