PLAN D'ACTION DU MOUVEMENT DU 23 JUIN: Une marche jusqu'au palais de Wade en gestation

Publié le par farbasy

location senegal dakar 2[1]Pour faire renoncer à Wade sa candidature en 2012 et l'inciter à organiser des élection transparentes, le « Mouvement des forces vives du 23 juin » n'exclue pas de marcher jusqu'au palais présidentiel pour présenter ses doléance. Toutefois, la date d'une telle action n'est pas pour le moment retenue.

 

Une marche pacifique vers le palais n'est pas à exclure dans les jours à venir. Elle sera organisée par le « Mouvement des forces vives du 23 juin 2011 » regroupant la société civile, l'opposition et les mouvements citoyens hostiles à un troisième mandat de Wade. C'est ce qui ressort de la conférence de presse que cette gigantesque structure a tenue hier après midi dans les locaux de la Raddho au quartier Amitié 2 de Dakar. Au cours de cette rencontre qui a drainé les foules y compris les leaders des principaux partis d'opposition et leurs militants, Alioune Tine a dévoilé un volet intéressant du plan d'action de ce mouvement à savoir une marche jusqu'au palais. « Personne ne nous empêchera de marcher sur le palais pour lui dire (à Wade): voilà nos revendications et lui envoyer des gens pour qu'il nous écoute », a révélé le secrétaire général de la Raddho devant les vivas de l'assistance. Histoire d'enfoncer le clou, il précise: « On n'ira pas à la place de l'Obélique. Nous ferons face au pouvoir et nous nous y préparons avec beaucoup de méticulosité ». Voilà qui est dit. Même si la date d'une telle action risquée n'a pas été dévoilée au public, Abdoulaye Bathily de la Ligue démocratique appelle les Sénégalais à se tenir prêts. L'homme politique les demande de se tenir « prêt à exécuter les mots d'ordre dans les jours qui suivent ». Ainsi donc, après l'Assemblée nationale, le palais présidentiel sis à l'avenue Léopold Sédar Senghor entre dans le collimateur de protestataires.

Mais comme pour rassurer Wade, Alioune Tine précise la nature pacifique du « Mouvement du 23 juin ». « C'est une revendication démocratique fondée sur des valeurs et des principes. Nous condamnons les pillages, le vandalisme et les gens qui s'en prennent aux biens des autres. C'est très clair. Cela ne souffre d'aucune ambiguïté », soutient le dirigeant de la Raddho. Son camarade de lutte Abdoulaye Bathily demande, quant à lui au président Wade d'arrêter l'option répressive qu'il a engagée depuis 23 juin dernier. Et d'avertir: « Non seulement nous allons informer toutes les institutions internationales sur ce qui se passe, mais également le Tribunal pénal international. Nous ne pouvons pas accepter de manière impunie que la liste des victimes s'allonge dans notre pays ». De son côté, Alioune Tine informe que la plate forme revendicative du « Mouvement des forces vives du 23 juin 2011 » sera envoyée à la communauté internationale, dont les l'Onu, l'Ua, la Cedeao, l'Ua, l'Uemoa etc. S'adressant à tous ces organismes, Alioune Tine dira: « tout le monde saura à quoi s'en tenir parce qu'il ne faut pas quel gens attendent que le pays brûle comme en Côte d'ivoire pour venir jouer aux pompiers. Ce sera trop tard ».  Le moins qu'on puisse dire, c'est que le bras de fer désormais engagé entre Wade et ses adversaires.

Farba Alassane SY

 

 

PLATEFORME REVENDICATIVE DU MOUVEMENT

 

Aperçu des exigences des protestataires

 

Après avoir réussi à faire reculer la Gouvernement sur le projet de loi instituant le ticket présidentiel, le « Mouvement des forces vives du 23 juin 2011 » s'engage à poursuivre la mobilisation populaire et à intensifier la lutte autour de la plateforme de revendications axée sur 4 points. Les protestataires exigent un respect de la Constitution et des règles démocratiques, la transparence et la régularité des élections, l'adoption de mesures urgentes de bonne gouvernance et la prise en charge sans délais et avec efficacité des urgences sociales. Plus en détails, ils veulent mettre sur place une cellule de surveillance et de sauvegarde du patrimoine national pour stopper le pillage des ressources et le transfert massif de capitaux vers l'étranger notamment au moyen de jet privé, la déclaration publique et solennelle et Abdoulaye Wade reconnaissant l'inconstitutionnalité de sa candidature pour un troisième mandat, la nomination d'un ministre de l'Intérieur et d'un ministre de la Justice neutres et équidistants des parties, la mise en place d'un organe indépendant pour l'organisation des élection ect. On remarquera que les membres du mouvement du 23 juin ne font plus confiance à la Cena, organe chargée de superviser les élections au Sénégal. 

Farba A. SY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article