OPERATION DE CHARME EN DIRECTION DES RURAUX: Wade promet des salaires aux chefs de village

Publié le par farbasy

Le président de la République a reçu hier près de 1800 chefs de village à Dakar. Il leur fait un certain nombre de promesses.

 

Les chefs de villages vont rentrer chez eux avec beaucoup de promesses présidentielles dans leurs valises. Le président de la République leur a promis à chacun un salaire à compter du 1er janvier 2012.  Les 17 835 chefs de villages devraient dans les normes percevoir entre 50 000 à 70 000 francs par mois. Des billets de Mecque sont aussi mis sur la table. Pour cette année, Wade mettra à leur disposition 50 billets. Priorité est donnée aux personnes n'ayant pas encore effectué de pèlerinage aux lieux saints de l'Islam.  De même, le chef de l'Etat a promis d'examiner  et d'adopter la question du statut du chef de village. Une mesure qui va permettre à ces derniers d'obtenir des cartes professionnelles en tant que représentants de l'administration. Il a aussi promis d'étudier la question de savoir comment doter un véhicule à chacun des 17 835 chefs de village du Sénégal. En outre, selon la promesse présidentielle, les chefs de villages ont désormais droit à des décoration à l'ordre national du lion et du mérite, la protection de l'Etat contre les agression, des drapeaux du Sénégal et des permis de port d'arme, pour certains.

 

Certains villageois ont quitté Dakar à jeun

Le décors est surréaliste.  Sous l'énorme chapiteau du moderne village du Fesman sis au quartier chic de Ngor se dressent près de 1800 personnes âgées habillées en boubou et  égrenant pour le plupart d'entre eux un chapelet. Ce sont des chefs de village venus des coins les plus reculés du Sénégal pour écouter le président de la République. Autant dire que c'était la rencontre entre la ruralité et la modernité. A près de sept mois de la présidentielle, Abdoulaye Wade tient à obtenir le soutien de ces  ruraux, dont la plupart ne connaissent Dakar que de nom. C'est ainsi que le ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom a convoyés jusqu'à la capitale toute cette foule. Arrivés lundi, la plupart sont repartis hier juste après la cérémonie avec le président de la République. Certains n'ayant même pas eu l'occasion de manger quelque chose. C'est à l'image de la délégation de Matam qui est repartie à jeun hier dès les lampions de la fête éteintes à 17 heures. Il faut dire que les chefs de village, dont la plupart sont des personnes âgées, ont été bousculés par leur périple darakois. Pendant six heures de temps de 10h à 16h15, ils sont restés sous la grande bâche à écouter Wade et certains de leurs collègues chefs de village. Ratant ainsi pour la grande majorité la prière de 14 heures. Un détail important pour des personnes âgées.

Farba Alassane SY

Commenter cet article