Ombres et lumières du Fichier électoral sénégalais

Publié le par farbasy

Dans un souci d’apaiser le climat politique national en vue de la prochaine élection présidentielle, le chef de l’Etat a fait appel, sur la base d’exigeances de l’opposition, à l’Union européenne et à l’Usaid pour effectuer un audit indépendant du fichier électoral du Sénégal. C’était lors de son discours à la nation du 31 décembre 2009. Epaulés par un comité de pilotage composé d’observateurs et d’acteurs politiques du pouvoir comme de l’opposition, les experts européens et américains ont présenté les résultats de leurs travaux le 17 janvier dernier. Dans ledit document, même s’ils ont souligné la cohérence de la carte électorale et la bonne qualité intrinsèque des données qui la composent ainsi que la bonne tenue de listes électorales, les auditeurs n’ont pas manqué par contre d’établir une liste de 108 recommandations pour rendre le fichier encore plus performant et transparent. Ils ont, en effet indiqué que  « L’utilisation du fichier électoral résultant de la prise en compte des recommandations minimales énoncées ne saurait faire l’objet d’objections sur le plan de l’adéquation technologique pour la tenue des échéances électorales de 2012 ». Autrement dit, le fichier ne saurait être crédible pour les prochaines échéances électorales sans la prise en compte de leurs recommandations. Les dites recommandations devront être appliquées par un comité de veille, structure dirigée par le sociologue El Mazid Gueye et composée de représentants de partis du pouvoir ainsi que de l’opposition, de membres de la Cena, des ministères de l’Interieur et des Affaires étrangères ainsi que plénipotentiaires de l’Ue, l’Usaid et de la République fédéraleAllemagne.

De cet audit, le pouvoir et l’opposition ne retiennent que les aspects qui les arrangent. Du côté de la majorité présidentielle on met en évidence le démenti des auditeurs à propos des rumeurs sur le différentiel d’un million d’électeurs entre le fichier de la Daf et celui de la Cena ainsi que celui du million d’étrangers sur les listes électorales. De même, les partisans de Wade soulignent que  d’après les experts de l'Ue et de l'Usaid près de 93% des électeurs sénégalais se déclarent satisfaits de leur lieu de vote. De même, plus de 80% de la population majeure du Sénégal s'est inscrite sur les listes électorale.

Du côté de l’opposition on pointe du doigt les zones d’ombres soulignées par les experts de l’Ue et de l’Usaid. En effet, l'enquête sur la population inscrite sur le fichier électorale réalisée par Karine Sahli Majira est sans équivoque. Cette auditrice européenne a indiqué dans sont rapport que « Sur le fichier initial, 81% d’adresses de résidences ont pu être identifiées et jugées comme suffisantes pour pouvoir vérifier l’existence (actuelle ou passée) des personnes inscrites ». En d'autres termes, 19% d'adresses ne sont pas identifiables. De même, Dunia Ramazani, expert informaticien en matière électorale a constaté une piètre qualité des photographies figurant dans les cartes électorales. Cet auditeur est d'avis que 1 324 963 photographies nécessitent une reprise. Enfin,Séraphin Kouaho conseillé à l’Etat sénégalais de bien tenir le registre d’Etat civil avant de garantir la pérennité et la crédibilité de la liste électorale. L’ensemble de ces recommandations devrait être prise en compte avant l’élection présidentielle de 2012 par le comité de veille sur le fichier électoral.

Farba Alassane SY

 

Commenter cet article