MEGA MEETING DU PDS: Choses vues et entendues du côté de la famille libérale

Publié le par farbasy

IMG_5441-1-.JPGMOBILISATION DES LIBERAUX

Une avenue remplie par…3 millions de militants

Abdoulaye Wade cherchait un plébiscite populaire, il a eu samedi dernier ce qu’il voulait. La large et longue voie de l’ancienne piste sise au quartier de Mermoz a refusé samedi dernier du monde. Après le traumatisme du 23 juin, le leader du Pds tenait à savoir si les Sénégalais soutiennent sa politique. Vivant reclus dans son palais présidentiel depuis presque un mois, le président de la République a eu hier droit à son premier bain de foule depuis plusieurs semaines. Pour l’occasion, les libéraux ont vu les choses en grand puisqu’ils ont mobilisé selon leurs dires entre 2 à 3 millions de personnes. Autant dire toute la population de Dakar et de sa banlieue contenue…sur une voie d’à peine 1 kilometre de long. Chiffres qui paraissent tout de même démesurés. Certainement impressionné par la mobilisation, Iba Der Thiam dira que la foule atteint Liberté 6 à l’est, L’université au sud et le Cices au nord. Ce qui est loin d’être le cas en dépit du très grand nombre de personnes transportées sur place par plusieurs centaines de cars grâce à des espèces sonnantes et trébuchantes. Grand organisateur de cette demonstration de force du Pds et de ses alliés, Pape Diop, ragaillardi par la grande foule, a appelé d’ailleurs l’opposition et la société civile regroupées au sein du Mouvement du 23 juin à « revoir leur prétention à la baisse ». Selon le président du Sénat, le camp d’en face a pris la grosse tête suite aux événements du 23 et 27 juin dernier au point de se considérer majoritaire dans le pays.

 

SON POUVOIR FORTEMENT MENACE

Wade courtise ses « condisciples » Mouride

Sorti groggy des évenements de fin juin, Abdoulaye Wade veut visiblement reccueillir le soutien des grands électeurs que sont les marabouts. Une partie non négligeable de son discours a été dédiée à ces chefs religieux. Le président de la République a fait savoir qu’il a reçu il y a quelques jours les bénédictions du khalife général des Mourides Serigne Sidi Moukhtar Mbacké ainsi que celui des Tidiane Serigne Mansour Sy. Toutefois, il n’a pas précisé à quelles fins ces religieux l’ont beni. Wade a aussi remercié les khalifes généraux des Layene, Niassene, de Ndiassane et de Medina Gounass. Le cardinal Théodor Adrien Sarr n’a pas été en reste, le chef de l’Etat n’a pas manqué de souligner les sollicitations de ce dernier au profit de l’Eglise catholique du Sénégal. Appartenant à la confrérie Mouride, Abdoulaye Wade a reservé la part belle des hommages aux marabouts de Touba. Il a rappelé à l’assistance le rôle joué par Serigne Fallou Mbacké dans son engagement politique. Serigne Cheikh Gaïdé Fatma, premier petit fils de Cheikh Ahmadou Bamba, a aussi eu droit à un remarquable hommage posthume. Serigne Abdoul Ahad Mbacké, Serigne Abdoul Khadre Mbacké et Serigne Saliou Mbacké, tous khalife de Touba ont été présents dans le discours présidentiel. Hasard ou pas, Abdoulaye Wade faisait face, lors de son speech, à un gigantesque panneau lumineux représentant Serigne Saliou Mbacké.

 Le meeting organisé dans le fief de Cheikh Bethio

Le lieu choisi par les libéraux pour faire leur meeting n’est pas fortuit. Il s’agit du fief de Cheikh Bethio Thioune à Dakar. En effet, c’est devant la demeure de ce dernier que Wade et ses partisans ont installé leur gigantesque tribune. A rappeler que ce marabout avait été en 2007 l’un des plus grands souteneurs du candidat Abdoulaye Wade. Toutefois, le guide des Thiantakone a pris ses distances avec le président de la République quelques temps après la présidentielle. Il reprochait au secrétaire général du Pds de n’avoir pas été assez reconnaissant avec lui. Maintenant que Wade est au creux de la vague, le marabout est à nouveau sollicité. Wade a fait samedi dernier des appels de pied sans doute pour reccueillir de nouveau le soutien de Cheikh Bethio Thioune et, par ricochet de ses nombreux disciples. Lors de son discours, il lui a rendu hommage estimant le guide religieux comme son hôte du jour. De même, avant Wade, Awa Diop responsable des femmes libérales et Mbaye Pekh griot du président ont tous les deux caressé le marabout dans le sens des poils. Mais à préciser que Cheikh Bethio Thioune n’a pas daigné assister à la manifestation qui se tenait tout juste devant sa maison. De même, aucune trace de ses disciples pourtant reconnaissables par l’effigie de leur marabout qu’ils portent à leur cou. Renseignements pris, il s’avère que la mobilisation des libéraux a empêché aux Thiantakone de tenir leurs habituelles rencontres religieuses qu’ils organisent chaque samedi devant le domicile de leur guide.

 

LEGERTE PRESIDENTIELLE

Seance tenante Ousmane Ngom limogé puis reconduit à l’Intérieur

En l’espace d’un meeting, le président de la République a limogé puis maintenu Ousmane Ngom à son poste de ministre de l’Interieur avant de lui délester la charge de l’organisation des élections. Tâche qui devrait à partir de maintenant être confiée à une personnalité neutre. Ces décisons qui sont pourtant d’une tres grande importance pour la nation entière ont été prises avec legerté par le chef de l’Etat à l’occasion du grand rassemblement que ses partisans organisaient à son hommage. « Je dis à l’opposition : puisque votre derniere carte c’est Ousmane Ngom, je vais le changer », a lancé le président Wade à la foule composée de militants libéraux. Une annonce qui n’a pas été du goût du public qui a fait savoir son désaccord à travers une énorme clameur. Constatant qu’il est désavoué, Wade lance : « Ils (les opposant) constatent eux même que le peuple n’est pas d’accord ». Et de rectifier le tir : «Bon, alors d’accord : je vais maintenir Ousmane Ngom ». Décision accueillie cette fois-ci par des vivas et applaudissements du peuple de Sopi. Profitant de cette liesse bleue, Wade précise : « Mais, mais je vais lui enlever les élections parcequ’il est militant du Pds. Je vais donner la gestion des élections à un neutre ». 

 

TROUBLES DE MEMOIRE

Wade fait encore des erreurs

IMG_5612-1-.JPG

Encore une fois, le président Wade se fait remarquer par sa memoire defectueuse. Selon le chef de L’Etat, le 16 mars dernier, pouvoir comme opposition ont manifesté chacun de son côté dans les rues de Dakar. Il s’est trompé de date puisque c’est le 19 mars 2011 que de telles manifestations ont eu lieu dans les artères de la capitale sénégalaise. On se rappelle qu’à l’époque, le même Wade avait félicité l’équipe nationale de foot-ball pour sa victoire contre le cameroun, un match qui devait pourtant avoir lieu une semaine plus tard c’est à dire le 24 mars. Une autre bourde présidentielle. Toujours, lors de son discours d’hier, le président de la République a eu un comportement qui devrait pousser beaucoup à poser cette question : Wade était il concentré dans ce qu’il disait ? En effet, il lui est arrivé plusieurs fois d’enchainer beaucoup de longs passages en français dans la partie Wolof de son discours. C’est nottamment le cas lorsqu’ il parle des réalisations de l’alternance qui sont selon lui « visibles à l’œil nu », du clin d’œil fait à la jeunesse : « je vais encore d’avantage vous associer au pouvoir », ou encore lorsqu’il parle des paysans :« l’année prochaine nous allons augmenter le prix de l’arachide ».

Pour rappel, le président Wade avait déclaré il y a une semaine à l’hotel des Almadies à l’occasion d’une rencontre avec les enseignants libéraux que la ville de Tambacounda compte une université, ce qui est une erreur. De même, il avait avancé que De Gaulle a failli perdre le pouvoir en 1958 alors que 1968 est la bonne année. A la place du stade Charlety en région parisienne, Wade avait prononcé Arlety. Enfin, il avait dit que De Gaulle a rencontré en 1968 le général Massu à Metz alors que c’était à Baden Baden en Allemagne.

Farba Alassane SY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article