M. le Président faites comme Kérékou

Publié le par farbasy

wade[1]De grâce Me Wade, suivez les traces de l’ancien président du Bénin. Lui qui a eu la grandeur en 2006 de mettre un terme à ses velléités d’augmentation du nombre de ses mandats présidentiels. Devant la levée de boucliers de la société civile et de l’opposition béninoise, il a choisi la voie de la sagesse. Grâce à son attitude de seigneur, le Bénin s’est évité une descente aux enfers. Par la même occasion, Mathieu Kérékou s’est offert une sortie honorable dans l’histoire de ce pays en acceptant de se plier à la volonté populaire.

Par contre Me Wade, ne prenez pas pour exemple Mamadou Tandja du Niger. Lui qui n’a pas eu en 2009 la même grandeur que son voisin du Benin. Après avoir épuisé ses nombres de mandats, le vieux maître de Niamey a voulu jouer aux prolongations malgré l’hostilité farouche de toutes les forces vives du Niger. Il arrivera pourtant à ses fins suite à un référendum boycotté par l’opposition. Mais, hélas pour lui, sa victoire ne sera que de courte durée  puisqu'il sera victime d’un coup d’Etat militaire en janvier 2010. Un évènement accueilli avec liesse et ferveur par la population nigérienne et la communauté internationale. Ainsi s’est achevé de manière pathétique la magistrature d’un président qui avait pourtant placé son pays sur les rails de la croissance économique.

M. le président Wade, pour éviter un tel scénario indigne de votre rang, ressaisissez vous. Ne tripatouillez pas la Constitution. Montrez à la face du monde entier que vous êtes un dirigeant démocrate et respectueux des chartes et règlements de votre pays. Pour cela, retirez votre projet de loi instituant un ticket aux prochaines élections présidentielles. Vous avez le devoir d’éviter de plonger notre pays dans une crise politique inutile. Déjà qu’à 8 mois de la présidentielle, la tension est à son comble dans le landerneau politique local. Ne rajoutez pas d’autres problèmes dans notre pays déjà fortement éprouvé par des crises sociales à répétition, les délestages d’électricité  et la paupérisation galopante des populations. La société civile, d’habitude si prudente, projette d’effectuer des manifestations monstres dans toutes les villes du Sénégal pour dénoncer votre projet de loi constitutionnel. On évoque même l’exemple de la révolution égyptienne avec l’organisation de sit-in à la place de l’Indépendance et devant les grilles du palais présidentiel. Et il est fort probable que l’opposition va adopter une telle posture guerrière dans les prochains jours. Le Sénégal n’a absolument pas besoin d’entrer dans une période de crise politique qui pourrait lui être fatal. Notre pays ne mérite pas de connaître le même sort que la Libye, la Syrie ou encore le Yemen.

Alors de grâce M. le président, soyez animé par un esprit de dépassement. Écoutez votre peuple qui gronde et acceptez de respecter les règles de jeu électoral. Laissez la Constititution sénégalaise telle qu’elle est. Vous devez bien cela au peuple sénégalais qui vous à fait l’insigne honneur de vous choisir comme son chef d’Etat en 2000 et 2007. M. Wade, suivez les traces de Mathieu Kérékou et évitez de reproduire les errements de Mamadou Tandja. L’histoire vous juge.

Farba Alassane SY

Commenter cet article