LENTEURS DANS APPLICATION DES RECOMMADATIONS DE L'AUDIT DU FICHIER ELECTORAL: Bennoo s'inquiète du blocage des travaux du comité de veille

Publié le par farbasy

VoteSelon l'opposition, les travaux du comité de veille et de suivi du processus électoral sont empêtrés dans un blocage total. Cette structure devrait dans les normes appliquer avant  février 2012 les 50 recommandations urgentes de la mission d'audit du fichier.

 

A neuf mois de la prochaine élection présidentielle, les recommandations des auditeurs  de l'Ue et l'Usaid sur le fichier électoral tardent à être prises en compte. C'est le constat amer fait jeudi par la coalition Bennoo Siggil Senegaal à Dakar lors d'une réunion spécialement convoquée pour évoquer les questions électorales. Selon l'opposition, le comité de veille et de suivi du processus électoral en charge d'appliquer les 108 recommandations des experts européens est dans une situation de blocage. En effet, ces derniers suggèrent dans la conclusion de leur travaux de réformer le code électoral pour une plus grande efficacité et transparence du fichier. Mais il se trouve qu'une telle opération nécessite une convocation de toute la classe politique pour une revue du code électorale. Ce qui est pour le moment loin d'être fait puisque le pouvoir et l'opposition ne s'entendent pas sur la personnalité devant présider ces concertations. Si du côté de la majorité présidentielle le ministre de l'Intérieur semble faire l'affaire, c'est loin d'être le cas dans le camp d'en face qui exige la mise en place d'une commission cellulaire neutre. Avec un tel dialogue de sourds, il est clair que les recommandations des auditeurs de l'Ue et de l'Usaid risquent de rester pendant longtemps dans les tiroirs. Faisant une lecture de cette situation, Bennoo accuse le pouvoir de tout bloquer afin de ne pas prendre en compte les suggestions des experts étrangers sur le processus électoral. A rappeler que l'Union européenne avait, par la voix de son chargée du suivi politique basée à Dakar, montré le 9 mai dernier toute son inquiétude face à cette lenteur. D'ici 2012, le code électorale devrait, de l'avis de la mission d'audit du fichier électorale, abroger la compétence nationale des commissions administratives, exiger la preuve d'un certificat de domicile ou tout autre certificat officiel pour respecter la résidence comme condition d'inscription et enfin définir de manière claire de la notion de résidence. Ce qui est loin d'être le cas à l'heure actuelle.

De même, Bennoo Siggil Senegaal constate avec amertume que les Sénégalais sont loin de se presser actuellement dans les commissions administratives pour s'inscrire dans les listes électorales. A en croire l'opposition, seuls 30 000 personnes se sont inscrites sur ces listes à la date du 28 avril 2011. Face à cette situation, ils imputent la responsabilité au pouvoir, qui de l'avis des opposants, est en train de bloquer la délivrance de cartes d'identité aux 1 300 000 jeunes non encore inscrits sur les listes électorale. C'est pourquoi Bennoo n'y va pas par quatre chemins pour accuser le pouvoir « de mettre en place un dispositif de fraude électoral en amont de la présidentielle de 2012 ». Face à cela, les camarades de Dansokho promettent de lutter farouchement pour éviter un hold-up électoral.

Cette sortie de l'opposition intervient deux jour après la conférence de presse de la structure apolitique Clarte Day Lerr, qui a remarqué des irrégularités dans le fichier électoral. Si d'ici février 2012, 50 des 108 recommandations de la mission d'audit du fichier électoral ne sont prises en compte, la sincérité de la  prochaines élection présidentielle risque d'être sérieusement contestée.

Farba Alassane SY

Commenter cet article