LE FUTUR DE L’AFRIQUE SELON L'ECONOMISTE JACQUES ATTALI:Sombres perspectives pour le Sénégal

Publié le par farbasy

drapeau_senegal-1-.jpgSelon l'économiste, écrivain et haut fonctionnaire français Jacques Attali, l'avenir du Sénégal dans les cinquante prochaines années s'annonce sombre. Dans l'ouvrage  « Une brève histoire de l'avenir » paru en 2007, il n'exclut pas l'apparition de conflits dans ce pays. Un avertissement destiné aux Sénégalais d'aujourd'hui, tenus de transmettre un Sénégal meilleur à leurs descendances.

Il y a plus d’un an, le Sénégal avait célébré avec liesse et fastes le cinquantenaire de son indépendance. En cinq décennies, ce pays hérité de la colonisation française s'est construit une destinée de nation certes sous développée mais ancrée dans les valeurs de la démocratie. Un visage flatteur dans une Afrique connue pour s'être engluée dans une spirale de coup d'Etats à répétition et de guerres civiles meurtrières. L'image idyllique que renvoie actuellement le Sénégal laisse à penser que l'avenir sera meilleur. « Gloire à toi Sénégal, mon beau pays!/Ton futur s'annonce radieux, ma belle patrie », prophétise d’ailleurs l'hymne du cinquantenaire de l'indépendance.

Pourtant, le célèbre économiste Jacques Attali prédit des lendemains sombres pour le pays. Dans un livre intitulé « Une brève histoire de l'avenir », paru en 2007 aux éditions Fayard, cet ancien conseiller de François Mitterrand a effectué une projection de l'avenir de l'humanité dans les cinquante prochaines années. A la page 349 de l'ouvrage, Jacques Attali présage un conflit avec nos voisins du nord. « Le Sénégal et la Mauritanie pourraient se battre pour le contrôle du fleuve Sénégal », écrit l'auteur. Jacques Attali prévoit aussi une guerre civile au Sénégal, conflit qui finira par la création d'Etats nouveaux ou la ruine générale de notre nation  A en croire Attali, l'eau potable de plus en plus rare dans les cinquante prochaines années provoquera des guerres de plus en plus significatives. Ailleurs en Afrique, l'économiste français prédit un conflit pour le  contrôle des eaux du Nil, fleuve dont dix Etats partagent les cours. Attali précise  que l'Ethiopie, pays situé en amont de ce fleuve et fournissant 86% des eaux du Nil n'en utilise que 0,3% du débit. A l'avenir, ce pays pourrait construire  36 barrages qui assécheraient en partie l'Egypte, ce qui conduira à une guerre. L'Algérie et le Maroc pourraient devenir toujours selon Attali  des champs de batailles pour le contrôle des terres restées ou devenues respirables et cultivables du fait du dérèglement climatique.

De l'avis de cet ancien conseiller de François Mitterrand, le Nigeria pourrait être le théâtre d'affrontements entres les membres des ethnies Ibos et Haoussas. Ailleurs dans le monde, le Congo, la Russie, la Géorgie, l'Arménie, la Turquie  l'Iran, l'Inde, la Chine, l'Indonésie et les Philippines connaîtront le même avenir sombre. En 2025, l'auteur d' «Une brève histoire de l'avenir » pense que l'Afrique « comptera plus de 1,5milliards d'habitants. De nombreux pays comme le Nigéria ou le Congo, seront au bord de l'explosion. Seuls réussiront à s'en sortir quelques pays comme l'Afrique du sud, l'Egypte, le Botswana et peu-être le Ghana. Les autres pays du continent seront menacés d'éclatement. Et divisés, ils risquent de devenir des non-Etats ». De quoi donner raison aux nombreux afro-pessimistes d'aujourd'hui. 

Enfin Jacques Attali annonce un prochain demi-siècle marqué tour à tour par une fin de la domination de l'empire américain vers 2035, le diktat des forces du marché suivi d'un terrible conflit planétaire pouvant anéantir vers 2050 l'humanité puis en 2060 une période appelée hyperdémocratie où des forces nouvelles, à l'image de l'Onu prendront le pouvoir afin de créer un monde juste, apaisé, rassemblé et fraternel.

Bien évidemment, Attali ne fait qu'une simple projection sur l'avenir de l'humanité. Celle-ci peut se  révéler être inexact dans cinquante ans. Aussi inexact que les prophéties qui annonçaient au moyen-âge la fin du monde pour l'an mille ou celle plus récente prédisant un gigantesque bug informatique en l'an 2000. Seulement, Jacques Attali est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français connu pour son sérieux et sa rigueur. Il avait annoncé dans des ouvrages, bien avant qu'on en parle, des phénomènes comme l'instabilité financière du capitalisme, les enjeux du climat, la fragilité du communisme, les menaces du terrorisme ou encore l'avènement du téléphone portable, d'internet et du téléphone portable. Même si Attali estime que l'objet du livre « Une brève histoire de l'avenir » est de montrer « la figure la plus vraisemblable de l'avenir », il précise qu'il l'a écrit « pour que l'avenir ne ressemble pas » à ce qu'il prédit. Pour nous Sénégalais, nous avons le devoir de démentir ses sombres prophéties. Ne pas nous contenter de clamer, comme dans l'hymne du cinquantenaire, que notre avenir sera radieux, mais de nous atteler à transmettre un Sénégal meilleur à nos enfants.

Farba Alassane SY

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 03/05/2012 15:59

blog(fermaton.over-blog.com),No-2. - THÉORÈME FUTURA. - L'Avenir de L'Humanité.

sow 22/12/2011 17:27

Faut pas prendre les gens pour des prophètes, Jacques Attali reste ce qu'il est, un homme qui a le goût de la prophétie et qui se trompe le plus souvent.
Dernier en date , il prédit que l'euro ne passera pas Noël, il s'est encore une fois trompé.
Ce n'est pas parce qu'on est haut fonctionnaire français qu'on est habilité à dire aux sénégalais leur avenir.