La religion, opium du peuple (Par El Hadj Hamidou Diallo Secrétaire Général du BRDS)

Publié le par farbasy

Dans sa quête du pouvoir, l’opposition court derrière le kidnappeur du suffrage populaire, avec toujours, une longueur de retard. Son nouveau mustang de combat est de nos jours, le M23, entendez, Mouvement du 23 juin. Qu’est ce «  truc » ?

  1. des organisations de la société civile en perte de vitesse ou naissante et opportuniste,  à la recherche de strapontins.
  2. des partis politiques «  cabines téléphoniques », munis de ventouses et à la recherche d’un parti porteur.
  3. des «  has been » en voie de décomposition cadavérique avancée,
  4. de vieilles femmes enturbannées d’un féminisme de mauvais goût,
  5. de gauchistes sur béquilles,
  6. de leaders de partis sans emploi, ni ressources financières, ni militants,
  7. une flopée d’anciens amis de Wade ; épaves sans attaches,
  8. des taupes du ministre de l’intérieur,
  9. des organisations qui émargent dans des fiches de paie à la présidence,
  10. des hommes et des femmes de très grande valeur dont on ne comprend pas la présence parmi les torchons,
  11. des jeunes d’un langage nouveau et beau dont le discours est en fait le moteur de toute cette macabre synergie.

Cette distribution des rôles est une photographie de ce «  truc » où chacun peut se reconnaître à loisir.

Il n’est pas nécessaire d’être devin pour savoir que seules les deux dernières catégories sont pour le BRDS, celles que suivra le peuple quand celui-ci arrivera à distinguer le vrai de l’ivraie. Pour les autres, une toute petite simple vérification, peut permettre d’identifier les mystificateurs :

Il faut absolument que chaque organisation soit visitée par surprise à son siège ou sa permanence par une équipe d’identification composée de personnes sûres de M23.

Le combat ne se passe ni se prépare dans un salon. Il a dépassé ce seuil, il est dans la rue. Et il est arrivé dans les cœurs. Osons le redire, « la religion est l’opium du peuple ». Wade est allé à Touba chercher son «  Ndigeul ». Si le M23 le suit à la trace en s’y rendant, espère t il à son tour recevoir un « anti ndiguel » ou un ndiguel qui empêchera la candidature de Wade. Dans les deux cas, des intellectuels politiques dans un long processus de subordination au spirituel, mettent la république et ses institutions au service de la religion puis des confréries et en définitive, des sectes pourquoi pas ?

Mais le plus grave est que l’initiative aura été rendue à Wade qui redevient le maître du jeu.

La plate forme du M23 est une succession de batailles perdues d’avance et qui pré augurent la perte de la guerre. Toutes les revendications sont vouées à l’échec au bout duquel seul le chao est l’alternative proposé à notre peuple.

Le BRDS pense qu’il faut mettre en place une stratégie de remplacement à ce jusqu’auboutisme suicidaire. Il faut réfléchir au cas où la candidature de Wade va être validée et que le M23 aille aux élections en ordre dispersé.

Il est évident que Wade est certain que le conseil constitutionnel va trancher en sa faveur, et c’est pourquoi il déclare publiquement se soumettre d’avance à sa décision. Sur le terrain, il met en place et exploite des commissions d’inscriptions massives et frauduleuses sous le nez et la barbe du comité de veille. Il nomme les experts en fraudes électorales, ministre et directeur des élections sans que le M23 ne bouge le moindre doigt. Il maintient Cheikh Tidiane Diakhaté, Cheikh Tidiane Sy, Ousmane Ngom, Ibrahima Diallo et Doudou Ndir aux postes stratégiques pour faire voter les diables. Il met toute l’administration sous coupe réglée, il s’entoure des magistrats les plus sûrs. Il a l’armée, la gendarmerie, la police, la douane et même les eaux et forêts. Il corrompt lutteurs, chanteurs et danseurs. Il a les caisses pleines prêtes à déverser son lot de billets en 2012.

La nomination de Cheikh Gueye comme ministre chargé des élections est la preuve de l’immense mépris que porte Wade au processus électoral. L’opposition doit refuser de discuter avec cet individu ainsi que le directeur des élections, Fall. Comment comprendre demander la non candidature de Wade et discuter allégrement avec tous ceux qui mettent tout en œuvre pour qu’il gagne les élections frauduleusement ?

Et pourtant, il y a une arme et une grande qui peut l’abattre : multiplier sur le plan national et international son «  wax waxett » et sa promesse de ne pas se représenter. En faire un combat répétitif dans les écoles, les stades, les rencontres culturelles. Il faut faire des concours de chant sur le thème.

Et surtout, il faut que le M23 offre au peuple un leader unique : c’est son plus grand espoir.

 

El Hadj Hamidou Diallo

Secrétaire Général du BRDS.

Coordonnateur des partis non alignés, CPNA

Coordonnateur du G20, le GARDE

Groupe d’Action pour le Renforcement de la Démocratie.

Commenter cet article

clovis simard 08/01/2013 21:06

L'OPIUM EST LA RELIGION DU PEUPLE (BLOG:fermaton.over-blog.com)