LA CRISE POLITIQUE SENEGALAISE S'EXPORTE EN FRANCE:Wade vilipendé mercredi au palais Bourbon

Publié le par farbasy

assemblee-nationale-allez-france-paris-1-.jpgL'Assemblée nationale française sera le théâtre mercredi prochain d'une manifestation de protestation de la diaspora sénégalaise contre le régime de Wade. Les Sénégalais résidant en France entendent vilipender le régime libérale auprès des représentants du peuple de l'hexagone.

 

La diaspora sénégalaise n'est pas contente du régime de Wade. Et elle tient à le faire savoir demain de 14 heures et 16 heures devant l'Assemblée nationale française à l'occasion d'une manifestation organisée par l'Amicale des travailleurs sénégalais de France. A cet effet, les Sénégalais de l’extérieur remettront un mémorandum aux représentants du peuple français afin que nul n'ignore les problèmes actuels du Sénégal et ne puisse dit « on ne savait pas ». Dans ce documents que recevront les députés de la France, les Sénégalais de France lancent un avertissement. « Pour éviter au Sénégal le syndrome du printemps arabe ou pire le syndrome Ivoirien avec comme conséquence une déstabilisation de la région, il est temps que les dirigeants des pays amis et partenaires du Sénégal (surtout la France dont la qualité des liens historiques avec le peuple sénégalais gagnerait à être préservée) lui intiment l’ordre (à Abdoulaye Wade) d’arrêter ses dérives sous peine d’être traduit, lui et ses affidés, devant les instances juridictionnelles internationales », indiquent les protestataires. Selon eux, « c’est la seule manière de retrouver la voie sénégalaise : celle du dialogue, de la démocratie et de l’alternance pacifique initiée par Senghor et mise en oeuvre par Abdou Diouf et qui a valut au vieux Président d’être élu à la tête du Sénégal ».

Plus précisément, les Sénégalais de l'extérieur reprennent les mêmes exigences du « Mouvement du 23 juin » à savoir le retrait de la candidature de Wade, l'arrêt immédiat des découpages des collectivités locales, la démission de Karim Wade, le limogeage de Cheikh Tidiane Sy et Ousmane Ngom, la mise sur pied d'une Commission électorale indépendante chargée d'organiser les élections. A cela s'ajoute l'exigence du limogeage du Consul du Sénégal à paris, M. Léopold Faye « pour sa complicité dans la tentative de Wade de confiscation de la volonté populaire et son attitude inqualifiable vis-à-vis de la Communauté sénégalaise vivant à Paris ».

De même, l'attitude de la diplomatie sénégalaise à propos du Sénégal inquiète les manifestants de mercredi. « La position diplomatique française souffre en effet de l’éviction de Christophe Ruffin qui avait l’habitude de tenir un langage de vérité à Wade et qui ne souffrait guère l’intrusion de l’axe diplomatique (du mal !) Guéant-Bourgi sur la scène des relations franco-africaines », notent-ils dans le memorandum qu'ils remettront aux occupants du palais Bourbon. Ils se demandent si Sarkozy et Wade n'ont-ils pas conclu « un deal sur le dos des peuples français et sénégalais pour des intérêts bassement claniques ou personnels ». Et rappellent que Wade « a été le 1er chef d'Etat de la planète à se rendre à Benghazi, dans le Libye, en guerre, escorté par des avions de chasse français ».

Farba Alassane SY

Commenter cet article