Journée d'Intifada à Sangalkam

Publié le par farbasy

Malick Bâ a été la principale victime de la répression de la manifestation des populations de Sangalkam contre l'érection de leur localité en commune qui sera dirigée par délégation spéciale. Aux environs de 8h45, ces derniers ont sortis tous les collégiens et lycéens de Sagalkam dans le but d'aller assiéger l'hôtel communautaire où devait avoir lieu la cérémonie de prise de fonction de Aly Khoudia Diaw chef de la délégation spéciale installée par le pouvoir. Devant le cordon sécuritaire des gendarmes qui leur ont barré la route, les manifestants ont brûlé des pneus et jeté des pierres en direction des forces de l'ordre. Il s'en est suivi des échauffourées entre les deux parties. Submergés par le flots de jets de pierre, les gendarmes se sont replié à leur caserne. Ce qui a laissé libre court aux manifestants qui ont caillassé la devanture de la brigade de gendarmerie. Devant une telle situation, les hommes en bleu ont, selon plusieurs témoignages, procédé à des tirs de sommations pour disperser la foule. Si certains disent entendre trois tirs, d'autres soutiennent que c'est quatre tirs. C'est dans ces circonstances que le jeune Malick Bâ qui, selon plusieurs témoins partait à la pharmacie située juste en face de la gendarmerie, a été tué vers 9h30. Après constatation de sa mort à 10h, son corps est resté sur place jusqu'à 12h30 avant d'être évacué par les sapeurs pompier, officiellement en direction de l'hopital Youssou Mergane de Rufisque. Mais selon certaines indiscrétions, le corps a été acheminé à Dakar vers une destination inconnue.

Suite à la levée du corps, les jeunes visiblement très remontés contres les forces de l'ordre ont recommencé à jeter des pierres en direction des gendarmes armés en tenues anti-émeute. Ce face à face électrique a duré jusqu'à 15h avant que les jeunes révoltés ne soient dispersés. Toutefois, certains d'entre eux rencontrés à la maison du défunt promettent de revenir à la charge pour venger leur ami Malick Bâ.

 

Farba Alassane SY

Commenter cet article