HENRY KONAN BEDIE RAILLE WADE: « Je ne veux pas faire comme l’autre qui se présente au-delà de 80 ans »

Publié le par farbasy

Candidat à la présidentielle ivoirienne de dimanche prochain, Henri Konan Bédié critique le rapport que Wade a par rapport au pouvoir. Selon cet héritier politique de Félix Houphout Boigny, c'est une mauvaise chose que de se présenter au delà de 80 ans à une présidentielle.

 

Icône de la démocratie en Afrique, Abdoulaye Wade est en passe de devenir un contre exemple dans le même domaine dix ans après son accession à la magistrature suprême. A en juger les propos d'Henry Konan Bedié, ancien président de la Côte d'ivoire et candidat à l'élection présidentielle de ce pays, le cehef d’Etat sénégalais est l'exemple à ne pas suivre. Lors d'un entretien diffusé mercredi par la chaine de télévision France 24, ce successeur politique de Felix Houphouet Boigny a tenu des propos peu diplomatiques envers le chef d'Etat du Sénégal. Jugez en plutôt par cette phrase: « Je confirme que je ferai un seul mandat. J’ai 75 ans. Si je suis élu, je ferai 5 ans. Ça fera 80 ans. Je ne veux pas faire comme l’autre qui se présente au-delà de 80 ans ». Sans citer nommément Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession en 2012 à l'âge de 86 ans, Henry Konan Bedié critique ce dernier. Il ne s'arrête pas là puisque le leader du Pdci/Rda ajoutera: «La magistrature suprême, après tout, c’est une charge qui demande beaucoup d’efforts physiques et intellectuels ». Une manière explicite de dire que le destin d'un pays ne peut être mis entre les main d'un octogénaire aussi compétent soit-il. Des propos qui ne vont certainement pas plaire au locataire du palais sis à l'avenue Léopold Sédar Sénghor. Elu président de la République 2000 à l'âge de 74 ans, Abdoulaye Wade qui avait promis de ne faire qu'un seul mandat a été réélu à cette fonction sept ans plus tard. Dépassement largement les 80 ans, il compte se représenter en 2012 à un troisième mandat qui devrait prendre fin en 2019, année où Wade aura 93 ans.

En Afrique, il n'y a que Robert Mogabé du Zimbabwé qui peut être classé dans la même catégorie de président octogénaire. Né en 1924, soit deux ans avant Abdoulaye Wade, ce Zimbabwéen a été réélu président de son pays en 2008 au terme d'une élection chaotique. A l'époque, il avait atteint l'âge de 84 ans. Le sénégalais Wade souhaite rééditer le même coup que son homologue de Hararé en se présentant à 86 ans à la présidentielle de 2012. Une situation jugée d'ailleurs « curieuse » par Jean Christophe Rufin, ancien ambassadeur de la France au Sénégal. Une chose est sûre, la vitrine démocratique du Sénégal se retrouve fissurée dix ans après l'alternance démocrate ayant porté Wade au pouvoir. Aujourd'hui, la propension de Wade à s'accrocher au pouvoir a fini de porter un coup de grâce à le fameuse « exception démocratique sénégalais » tant enviée dans le passé par les voisins de la sous-région.

Farba Alassane SY

Commenter cet article