FRONDE AU SEIN DE L'ALLIANCE SOPI POUR TOUJOURS: L'autorité de Wade chahutée par ses alliés

Publié le par farbasy

wade-1-.jpg 

L'Alliance Sopi pour toujours renoue de nouveau avec la crise, ce à quelques mois de la prochaine présidentielle. Un collectif de partis dénommé le G12 fustige la décision présidentielle consistant à reconduire Aliou Dia au poste de coordonnateur de l'Ast. Les protestataires concoctent un plan B en cas de non prise en charge de leur récrimination.

 

A dix mois de la présidentielle de février 2012, la coalition soutenant la candidature du président Wade entre dans une zone turbulence avec la fronde naissante d'un collectif de partis dénommé G12 au sein de l'Alliance Sopi pour toujours. Ces alliés du pouvoir rejettent la récente reconduction par le chef de l'Etat du député Aliou Dia au poste de coordonnateur de l'Ast. Ils l'ont fait savoir hier lors d'un point de presse à Dakar. Dansune déclaration rendue publique ils indiquent: « le G12 constatant que tous les mandats au sein de l'Ast sont arrivés à expiration depuis le 12 février 2011, exige l'application immédiate du principe de la rotation aux postes de coordonnateur, de secrétaire permanent et de présidents de commissions conformément à l'esprit et la lettre de l'article 8 du règlement intérieur que nous avons conçu, élaboré, voté, adopté et validé à l'unanimité ». De même, les frondeurs estiment que « les audiences que le président de la République accorde à l'Alliance devront désormais se tenir en présence de tous les leaders afin d'éviter d'installer un climat de malentendus, de confusion et de suspicion ».

Avec une telle sortie, le G12 désavoue publiquement Iba Der Thiam, Me Mbaye Jacques Diop, Djibo Kâ, Abdourahim Agne, Samir Abourisk, Mamadou Diop Decroix et Abdou Khadre Ndiaye qui ont été récemment reçus par le président Abdoulaye Wade au nom de l'Alliance Sopi pour toujours. D'ailleurs Mouhamed M Diagne de la Synergie Républicaine n'a pas raté ces derniers dans ses propos. A l'en croire, « il y a un groupe qui s'arrange toujours à faire croire au président Wade qu'ils ont été mandatés par l'Ast ». Pour rappel, Aliou Dia a été reconduit dans ses fonctions de coordonnateur de l'Ast au cours de ce déjeuner présidentiel. Un acte que n'apprécient pas du tout les membres du G12 qui estiment que le « président est abusé » par ces personnes puisqu'il « ne sait pas ce qui se passe dans l'Ast ». Ce n'est pas la première fois que le Pr Iba Der Thiam et compagnie sont accusés de prendre en otage l'Ast. En septembre dernier, lors d'une autre fronde de ce même G12, Bassirou Sagna du Rassemblement des patriotes républicains avait avancé que «c’est un groupuscule de leaders de l’opposition de 2000 qui ont dissout ou fusionné leurs partis qui prennent en otage la coalition ».

En outre, les frondeurs de l'Ast font savoir que les leaders de tous les 65 partis formant cette coalition sont d'égale dignité. « Nous ne sommes pas des militants du Pds. Nous sommes des chefs de parti comme lui (Wade) », précise Ousseynou Seck de l'Udes. Allant plus loin, Mor Dieng de Weddi ajoute: « On peut bien l'accuser (Wade). Ce n'est pas parce que Wade a la faculté de nommer qui il veut que nous allons le laisser nommer qui il veut ». Prenant la balle au rebond, Ousseynuu Seck enfonce le clou: « on ne veut pas qu'à 10 mois de l'élection on nous impose un coordonnateur ». Visiblement, le G12 défie Me Wade qui a maintenu Aliou Dia à son poste. En cas de non prise en charge de leur exigence, ces protestataires concoctent un plan B qu'ils se gardent pour l'heure de dévoiler. Tout au plus, précisent-ils qu'ils voteront pour le président Wade même en cas de sortie de l'Ast. Ainsi donc,il n'est pas exclu que les frondeurs claquent prochainement la porte de l'Alliance Sopi pour toujours. Une éventualité qui pourrait porter un sacré coup dans le mental du camp présidentiel même si les formations politiques du G12 ne sont pas connues pour être des foudres de guerre.

Farba Alassane SY

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article