EN CAS DE VALIDATION DE LA CANDIDATURE DE WADE: Bennoo prêt à tout pour chasser Wade

Publié le par farbasy

En cas de validation de la candidature de Wade par le Conseil constitutionnel, une large frange de l'opposition opte pour une radicalisation de son combat contre le régime libéral. De vastes mouvements populaires à l'image des révolutions de velours d'Europe de l'Est ne sont pas à exclure.

 

La radicalisation du combat politique, voilà l'option la plus partagée au sein de l'opposition en cas de validation par le Conseil constitutionnel de la candidature de Wade à la présidentielle de 2012. Estimant que le chef de l'Etat n'a plus le droit de solliciter un troisième mandat, beaucoup de formations politiques de Bennoo n'écartent pas le combat de rue pour faire reculer le régime libéral. L'idée d'appeller les populations pour exiger le respect de la constitution germe dans tête des contempteurs de Wade à 15 mois de l'élection présidentielle. Joints hier au téléphone, un certains nombres de personnalités de la coalition de l'opposition dite significative n'écarte pas cette option. « Le Conseil constitutionnel aura violé la loi s'il valide la candidature de Wade. En pareil cas, nous proposerons une riposte populaire pour demander au Conseil constitutionnel de respecter la loi.Nous n'avons que le peuple. Le jour où Wade va violer la constitution, nous allons activer le peuple pour servir de rempart », annonce Massène Niang, secrétaire général du Msu. Quant à Magatte Thiam, chef de fil du Pit, un boycott n'est pas à exclure en cas de validation de la candidature de Wade. Cependant, le successeur de Dansokho appelle plus à une mise à terme précoce de l'actuel régime. « Il nous faut mettre sur pied un vaste mouvement populaire pour faire partir Wade avant 2012 », théorise t-il. A ce sujet, Magette Thiam est d'avis  qu'on «commence à avoir les conditions pour que les gens se battent pour mettre fin à leur souffrance ». Du côté de la coalition Icr/Bennoo, la même détermination semble être de mise. « Nous sommes prêts à tout pour empêcher cette candidature anticonstitutionnelle », prévient El Hadj Ibrahima Mbow, coordonnateur de ce cadre inclus dans Bss. Selon lui, « un Conseil constitutionnel qui validerait la candidature de Wade serait un Conseil anticonstitutionnel avec des magistrats au service d'un homme ». Par la voix de son porte-parole Abdoulaye Wilane, le Parti socialiste annonce lui aussi une lutte populaire en cas de forcing de Wade. « Si Wade s'entête dans la confiscation par la troncature, nous devons faire cap sur le Qg. Feu sur les destructeurs, démagogues et prédateurs », menace t-il à travers un langage emprunté au vocable militaire. Pour ce socialiste, il revient à l'opposition « d'user des armes conventionnelles et non conventionnelles pour sauver le Sénégal et décharger le monstre de ses responsabilités présentes ». Dans ce concert de déclarations guerrières, l'Afp ne part pas en reste. Aliou Sarr, coordonnateur des cadres de ce parti déclare: « Quand nous verrons que les institutions ne respectent pas la loi, nous allons mobiliser les Sénégalais pour faire face à ce régime. Nous avons le droit et le devoir d'organiser le peuple pour mener cette résistance ». Donnant les détails de ce combat,  le progressiste est d'avis que l'opposition gagnerait à mener une campagne internationale de dénonciation de la candidature de Wade ainsi qu'à proposer aux Sénégalais un programme politique structuré autour des conclusions des assises nationales. 

Visiblement, une frange importante de l'opposition n'écarte aucune option pour empêcher Wade de se présenter à la présidentielle 2012. Au cas où le Conseil constitutionnel donnerait l'aval au chef d'Etat d'aller à la pêche aux suffrages, ces opposants entendent mener une lutte populaire à l'image de ce qui s'est passé dans les pays d'Europe de l'Est. Signe de cet état d'esprit, Bennoo a accuelli lors de sa réunion de jeudi dernier, Amadou Gueye initiateur de la campagne « Wade terminus 2012 » et théoricien d'une transplantation de la révolution Orange ukrainienne au Sénégal. 

Farba Alassane SY

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article