CRISE POLITIQUE : « Y'en a marre » refuse de dialoguer avec Wade

Publié le par farbasy

1544284_3_5ad3_les-leaders-du-mouvement-y-en-a-marre-le-27-.jpg« Y'en a marre » est contre toute idée de dialogue avec le président Wade. Le coordonnateur de ce collectif de rappeurs n'attend rien du président de la République sinon que de retirer sa candidature et d'organiser des élections libres et transparentes en 2012. Reste à savoir si Bennoo et les autres membres du Mouvement du 23 juin vont aussi rejeter la main tendue de Wade.

 

« Nous ne sommes pas intéressés. On perturbe le peuple sénégalais avec cette histoire de dialogue». Comme un couperet, le mouvement « Y en a marre » rejette toute idée de dialogue à l'heure actuelle avec le pouvoir. Joint hier au téléphone pour recueillir son appréciation par rapport à la médiation du groupe des six, Fadel Barro coordonnateur du collectif des rappeurs contestataires apporte son veto par rapport à cette initiative. Des raisons, la bande à Fou Malade, Thiat et Kilifeu en ont pour s'opposer à tout conciliabule avec le président de la République. « Le 23 juin, la peuple a posé un acte fort. Wade doit le comprendre comme tel. Au lieu d'interpréter le vrai sens de l'acte posé par le peuple, les politiques, pouvoir comme opposition, cherchent encore des raccourcis pour comploter sur le dos du peuple », justifie Fadel Barro. Et comme pour enfoncer le clou, il ajoute: « pour l'heure, notre priorité c'est d'aller à la rencontre des Sénégalais et non d'aller rencontrer une élite politique qui a suffisamment abusé et surfé sur l'ignorance de ce même peuple ». En fait, de cet éventuel dialogue qui aura peu être lieu dans les prochains jours, les « Y en a marriste » n'attendent rien du tout. « Sinon que c'est Wade encore qui manoeuvre pour rester au pouvoir », précise le coordonnateur de ce mouvement. Au président de la République, il lui exige de ne pas se présenter à la présidentielle de 2012 au lieu de chercher à dialoguer avec l'opposition à huit mois des élections. « Il ne peut pas se présenter et il ne va pas se présenter. Il faut être ferme », tranche Fadel Barro. Il indique que la priorité de Y en a marre « c'est d'aller à la rencontre des Sénégalais et   non d'aller rencontrer une élite politique qui a suffisamment abusé et surfé sur l'ignorance de ce même peuple ». Une position qui montre la méfiance de ces jeunes par rapports aux politiciens, y compris ceux de Bennoo Siggil Senegaal. D'ailleurs, ils  mettent en garde contre toute tentative de récupération de la dynamique du 23 juin qui est une victoire du peuple sénégalais. Selon « Y en a marre » chacun doit rester dans son rôle: « le pouvoir: organiser des élections libres et transparentes, l'opposition: mobiliser ses militants et s'opposer, la société civile: conscientiser les citoyens ».

Par ce rejet de la main tendue de Wade, le mouvement « Y'en a marre » met la pression sur la coalition Bennoo Siggil Senegaal qui doit se prononcer aujourd'hui sur l'initiative du groupe des six. De même, « le Mouvement des forces vives du 23 juin », dont fait partie « Y'en a marre » est aussi interpellé. Cette structure devrait dans les normes se prononcer samedi prochain à Guédiawaye à l'occasion d'un vaste rassemblement à l'esplanade de la maire de cette localité. Dans le cas où Bennoo accepte demain d'aller dialoguer avec le président Wade, on risque alors d'assister à l'implosion du « Mouvement du 23 juin ». A l'heure actuelle, prendre le risque de se mettre à dos « Y en a marre » pourrait pourrait coûter cher à l'opposition dans la mesure où la plupart des jeunes manifestants présents le 23 avril à la Place Soweto avaient une sympathie pour ces rappeurs.

Farba Alassane SY

Commenter cet article