CANDIDATURES PLETHORIQUES A LA PRESIDENTIELLE DE 2012:Et de 13 avec Idrissa Seck

Publié le par farbasy

1990376-2746348[1]Idrissa Seck va briguer les suffrages des Sénégalais en février 2007. Il devient ainsi le 13 ème candidat déclaré à la prochaine présidentielle qui est partie pour être celle de tous les records. Reste à savoir si le chiffre 13 pourrait porter bonheur au maire de Thiès.

 

Et de deux pour Idrissa Seck. Après une première candidature infructueuse en 2007, l'ancien Premier ministre ira à nouveau à la conquête des suffrages des Sénégalais à la présidentielle de 2012. « Oui, je suis candidat », a t-il déclaré hier lors d'une conférence de presse dans un hôtel de Dakar. Donnant les raisons de sa décision, il explique: «Je vous ai déjà dit que Wade qui est le troisième président ne peut plus être candidat. C'est anticonstitutionnel et c'est devenu politiquement et socialement difficile parce qu'il évalue ses chances électorales à 25% lui-même. Donc, il s'est déclaré battu. J'ai toujours dit que je souhaitais, par la grâce de Dieu et la volonté des Sénégalais, être le 4ème président de la république. Entre ces deux déclaration, il n'y a pas beaucoup de choix que d'être candidat ». Idrissa Seck devient ainsi le 13ème candidat déclaré à la prochaines élection. Il vient après Ibrahima Fall, Abdoulaye Wade, Macky Sall, Amsatou Sow Sidibé, Cheikh Tidiane Gadio, Talla Sylla, Cheikh Bamba Dieye, Arona Ndoffene Diouf, Mansour Ndiaye, Me El Hadj Diouf, Moussa Touré et Moubarack Lô. Au rythme où vont les choses, la listes est loin d'être bouclée. Idrissa Seck a déclaré que sa candidature sera portée par la même coalition qu'en 2007. On se rappelle que cette année là, c'était sous la bannière de Dekkal Yakkar qu'il avait fait campagne. Concernant les alliances politiques à nouer pour gagner en 2012, le maire de Thiès a révélé être en discussion avancée avec certains partis de l'opposition, dont il a préféré taire le nom. En outre, Idrissa Seck se démarque de Bennoo Siggil Senegaal avec son opposition à la candidature de transition que prône la coalition de l'opposition la plus significative. A l'en croire, cette idée n'est pas bonne pour le Sénégal puisqu'étant coûteuse pour les finances publiques. Enfin, le candidat Idrissa Seck a promis au Sénégalais de faire cesser les délestages au bout de 6 mois.

 

Pas de deal entre lui et Wade à propos du ticket

A propos des informations faisant état d'un deal entre lui et Abdoulaye Wade à propos du controversé projet de loi sur le ticket présidentiel, Idrissa Seck a tout démenti en bloc. Il explique: « Je tiens à dire, solennellement, que je n'ai été associé ni de près ni de loin au projet de révision constitutionnelle qui a été massivement rejeté par le peuple sénégalais le 23 juin 2011. Pour une raison simple : je ne peux, en aucune façon, m'associer à quoi que ce soit qui présente une chance, même infime, de rendre possible la dévolution monarchique du pouvoir que j'ai été le premier à dénoncer il y’a près de 7 ans et à combattre au  prix de ma liberté, de menaces sur ma vie avec un cortège de dégâts collatéraux qui ont même touché d’honnêtes citoyens sans rapport avec le combat politique ». Cette explication donnée, Idrissa Seck a aussi tenu à justifier son silence lors de la bataille engagée par les Forces vives de la nation contre ce projet de loi de Wade. A cet effet, il assure que « lorsque le peuple décide de s’exprimer directement, le devoir du leader est de l’écouter attentivement pour s’assurer de la bonne compréhension du message de son souverain ».Et d'ajouter qu'il aspire à diriger le pays et ne souhaite donc pas voir ce pays être réduit en cendres. Une déclaration que le « Mouvement des forces vives de la nation du 23 juin » risque d'accueillir avec tiédeur.

Farba Alassane SY

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article