Assaillis, les libéraux se refugient vers le palais malgré leurs 148 lutteurs

Publié le par farbasy

Chassés de la place Soweto par le flot des militants anti Wade, les quelques libéraux venus sur  les lieux ont été obligés de se replier vers le palais présidentiel, qui étaitprotégé par un impressionnant dispositifs de sécurité. A l’abris, Mouhamed Samb, de la jeunesse libérale a fait savoir qu’ils sont prêts à mourir pour le président de la République. Il faut savoir que ce partisan acharné du chef de l’Etat a engangé 148 lutteurs "bodyduildés" pour faire face aux protestataires. Cependant, au lieu d’affronter les opposants, ces masses musculaires étaient plutôt stationnés devant le palais. Selon le leader des jeunesses libérales, cette attitude n’est pas une reculade mais plutôt une tactique pour défendre la président de la République en cas d’attaque. Conscient de la gravité de la situation, Ngom drapeau, un autre supporter zélé de Wade, appelle au calme. A l’en croire, il faut que les manifestants sachent raison garder. En outre, Serigne Mbaké Ndiaye, porte parole du chef de l’Etat, cloitré dans les locaux de la présidence n’a pas osé sortir dans la rue. Voyant Mouhamed Samb et les lutteurs passer devant l’édifice, ce ministre a brièvement ouvert les fenêtres de son bureau pour s’enquérir avec une pointe d’inquiétude de la situation.

A préciser que les jeunes de l’Ujtl ne sont pas descendus dans la rue pour contrer la manifestation de l’opposition et la société civile. Bara Gaye, nouveau patron de cette structure, était esseulé à la place Soweto. D’ailleurs, il s’est fait discret pour ne pas être lynché par la foule en furie. De même, selon certaines informations, Bachir Diawara directeur de Cabinet de Karim Wade a pris la poudre d’escampette devant les protestataires.

Farba Alassane SY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article