ALLEGEMENT DES CONDITIONS D’OBTENTION DE LA CARTE D’ELECTEUR: Le récipissé de la carte d’identité fait maitenant l’affaire

Publié le par farbasy

VoteA moins de deux mois de la fin de la période exceptionnelle de révision des listes électorales, le ministère de l'intérieur vient de faciliter les conditions d'obtention de la carte d'électeur. Il suffit maintenant juste d’un récipissé de carte d’identité pour obtenir le fameux sesame.

 

A l'opposition qui dénonce une volonté manifeste du pouvoir d'exclure les jeunes des listes électorales en rendant difficile l'obtention des cartes d'identité, le ministre de l'Intérieur vient de céder. En effet, Ousmane Ngom a décidé d'alléger les procédures d'inscription sur les listes électorales en permettant aux détenteurs de récipissé de carte d'identité de s'inscrire sur le fichier électoral. Il vient de notifier cette décision à tous les gouverneurs, préfets et sous-préfets à travers un télégramme en date du 3 mais 2011. Dans ce document, il est indiqué qu'à « l'instar des commissions administratives installées à l'étrangers qui procèdent à l'inscription sur les listes électorales à partir du récipissé de dépôt de demande d'établissement de la carte nationale d'identité en application du décrets N 2011-290 du 02 mars 2011, les commissions administratives respectives pour les besoins de la révision exceptionnelle des listes électorales peuvent procéder elles aussi à l'inscription sur présentation d'un récipissé de dépôt de demande d'établissement d'une carte d'identité si celui-ci comporte la codification ». C'est à dire le  numéro d'identification nationale. Toutefois, les services de Me Ousmane Ngom précisent aux administrateurs territoriaux qu'il y a lieu de bien expliquer aux président de commission que «l'absence de la codification sur le récipissé rend impossible l'opération d'inscription sur les listes électorales ». Et de préciser que la Direction de l'automatisation des fichiers a pris « toutes les dispositions pour mettre en place les formulaires appropriés et les répertoires des centres d'état civi ainsi que le code des collectivités locales pour permettre une codification correcte du numero d'identification nationale ». 

A moins de deux mois de la révision exceptionnelle des listes électorales, cette mesure prise par la ministère de l'Intérieur a pour but de permettre à un maximum de nouveaux adultes de figurer dans le fichier électoral. On se rappelle que les auditeurs européens et américains avait fortement recommandé aux autorités sénégalaises de faciliter l'inscription de cette population juvénile estimée à 1 300 000 personnes. Cependant, une interrogation demeure à propos de la non divulgation officielle de cette information qui devrait apporter du baume au coeur à tous ceux qui se sont jusqu'ici senti exclus des listes parce que n'étant pas détenteurs de pieces d'identité. De même, il convient de s'interroger si une telle mesure ne va pas engendrer des fraudes en écriture sur les récipissés.

Farba Alassane SY

Commenter cet article