ABDOULAYE WADE SUR SA CANDIDATURE CONTROVERSEE:« Personne ne peut m'empêcher de me présenter »

Publié le par farbasy

wade fache[1]Contre vents et marées Abdoulaye Wade maintient sa candidature pour 2012. D'ailleurs, le président de la République estime que personne ne pourra l'empêcher de se présenter à ces joutes électorales. Ignorant ainsi royalement  le Conseil constitutionnel qui a juridiquement le pouvoir de l'en empêcher.

 

Que l'opposition se le tienne pour dit, le président Wade n'est pas prêt à lui concéder un iota de concession à propos de sa candidature controversé. Après avoir incité dimanche les enseignants libéraux à neutraliser physiquement les militants du camp d'en face, le chef de l'Etat a maintenu contre vents et marée sa candidature à la présidentielle de 2012. « Personne ne peut m'empêcher de me présenter. D'ailleurs ce n'est même pas une question discutable puisque je me suis déjà présenté ». Telle est sa ferme volonté exprimée hier à Dakar à l'occasion d'une rencontre avec près de 2000 chefs de villages venus de tous les coins du Sénégal. Quitte même à nier la preuve palpable de la vidéo de 2007 où il annonçait sa non candidature aux prochaines joutes électorales puisque la Constitution le lui interdit. Abdoulaye Wade a même traité de mythomanes les personnes qui lui rappellent cette pièce à conviction . S'exprimant en Wolof dans un ton offensif, le président-candidat cogne: « Ils disent que le président avait dit qu'il n'allait pas se présenter. Vous savez, si une personne est dans le désarroi, alors elle invente des contre-vérités. Alors si j'ai dit que je ne vais pas me présenter, alors pourquoi me demandent t-ils de déclarer que je ne me présente pas. C'est contradictoire. Je ne l'ai jamais dit. C'est comme si on dit que Wade rêvait ». Après le « Ma waxoon waxeet » (j'avais dit, je me dédis) du 14 juillet, Abdoulaye Wade nie maintenant à bloc avoir tenu dans le passé des propos allant dans le sens de la disqualification de sa candidature.

Histoire de montrer qu'il est toujours dans la légalité, le président de la République annonce avoir consulté deux juristes qui lui ont assuré que sa candidature est bonne. Et un brin provocateur il lance: « Ma candidature est beaucoup plus présentable que celles de l'opposition. Et sur touts les plans ». A l'en croire, ses adversaires politiques sont allés consulter des « juristes-tailleurs » qui son « capables d'intrepréter tout ce qu'on veut ». Plus explicite il précise: « Il sont allés voir leur conseillers juridique et lui ont dit de tout faire pour que Wade ne soit pas candidat en 2012. Le gars a sorti l'article 27 de la Constitution l'a interprété à sa façon ». Avant d'ajouter: « puisque les juristes ont amené leur article 27 et on l'a combattu, ils me disent alors de me déclarer non candidat. J'ai dit niet. Et ils ont alors décidé de me mettre de la pression ».

 

Le président menace de réprimer l'opposition

Loin de se laisser intimider par ses adversaires, Abdoulaye Wade maintient sa candidature et menace. D'ailleurs, il promet le bâton à l'opposition. D'où cette menace à peine voilée prononcée sur un ton martial: « jusqu'à présent le Gouvernement est tolérant et n'a pas appliqué la loi. Nous n'allons laisser personne détruire le Sénégal. Nous ne l'acceptons pas. Ce n'est pas possible ». De même, Abdoulaye Wade demande aux autorités (peu être coutumières et religieuses) de le laisser à l'avenir face à l'opposition si jamais elle « décide de descendre dans la rue pour détruire ». Selon le président de la République, « quand on prévoit de mener de telles actions et l'annoncer publiquement, alors si la rigueur de la loi s'abattent sur soi il ne faudra pas se plaindre ». Et de conclure par cette expression d'avertissement « A bon entendeur salut ».

Farba Alassane SY

Commenter cet article